Accéder au contenu principal

Chronique | GEVURAH - Sulphur Soul (EP, 2018)


Gevurah: Sulphur Soul

Tracklist:

01. The Putrid Stench of Rotting Flesh
02. Across the Primordial Sea
03. Mark of Lucifer
04. Black Sun Thaumiel

Streaming:



_________________________________________________________

D’emblée je vais me permettre d’être pédant en vous faisant un petit cours afin de vous rappeler l’origine du nom Gevurah afin de pouvoir mieux assimiler l’essence du groupe. C’est une des dix Sephiroth de l’arbre de la vie, la cinquième pour être précis. Elle correspond au feu mais aussi au jugement, à la rigueur, à la force et la crainte. Elle est souvent associée au principe du Mal et à Satan, souvent appelé l'Adversaire, "celui qui sème la discorde", sans pour autant signifier qu’elle soit maléfique.
Revenons-en à la musique maintenant, Gevurah, un nom qui parlera aux fans de Black Metal très certainement, puisque ce projet réalise actuellement un parcours sans faute depuis sa première sortie en 2011. J’avais chroniqué en ces pages le premier album du duo sortie en 2016 intitulé Hallelujah!, album qui par ailleurs était d’une qualité rare et que je vous invite à écouter immédiatement. Depuis le groupe s’était fait discret se concentrant sur ses autres projets et aussi sur la sortie de ce nouvel EP Sulphur Soul paru le 28 septembre, toujours chez Profound Lore Records.

J’avais découvert la sortie à venir de cet EP à travers la diffusion de l’artwork qui se voulait être simple, sobre, en fait un artwork efficace et à l’image du duo et qui d’emblée m’avait donné envie de me plonger dans Sulphur Soul les yeux fermés. Cette nouvelle offrande au malin est dans la droite continuité du précédent album, dès les premiers instants on reconnait la touche du groupe, tant Gevurah a su apporter à sa musique une sonorité qui lui est propre, aussi bien dans la production que dans sa musique. C'est un de leurs points forts, à une époque où chaque groupe essaie de copier la sortie à la mode, dans les riffs ou dans le style, en oubliant sa personnalité, ce qui n’est absolument pas le cas ici. De ces riffs qui leur sont propres, le groupe a su apporter de la nouveauté à sa musique, évitant ainsi de tourner en rond et de surfer sur le succès de son album tout en continuant d’avancer sous l’égide de la lumière de Lucifer. 

Leur musique dans Sulphur Soul s’est vue agrémentée de quelques touches de mélancolie comme sur 'Accross the Primordial Sea', mais aussi des aspects tribaux notamment grâce à la batterie qui nous offre par moment ce jeu simple et hypnotique qui justement confère cette sensation particulière, apportant ainsi à leurs titres une certaine fraîcheur. Mais bon, Gevurah ne serait pas Gevurah si on ne retrouvait pas ces riffs incisifs et agressifs qui font de leur Black Metal une réussite. Un des points forts du groupe est et restera le chant de X.T que l’on perçoit comme la parole divine tant ce qu’il dégage s’empreigne en nous, rappelez-vous ce que je mentionnais en introduction sur le nom du groupe, c’est exactement ce qu’on retrouve dans son chant, la force et la crainte qu’il inspire sont incomparables.

Je parlais de personnalité précédemment, mais sur 'Mark of Lucifer', la chose qui m’a d’emblée frappé est l’influence que Gorgoroth a pu avoir sur Gevurah, et quand je dis influence je ne parle pas d’un simple copié/collé de riffs. Non, là je parle avant tout d’une atmosphère, de celle qu’on retrouve sur les trois premiers albums du combo norvégien (le vrai Gorgoroth). C’est le titre de cet EP qui sort du lot pour ma part, on y retrouve tout ce qui fait que le duo sort du lot.

Et le titre qui conclut Sulphur Soul, 'Black Sun Thaumiel', est un chef d’œuvre, notamment la fin du morceau qui nous guide à travers un final en apothéose où le chant disparaît, laissant place à la musique. Cette dernière offre une conclusion épique, où pendant près de cinq minutes on est transporté à travers les limbes afin d’échapper à ce monde terrestre pour rejoindre un univers où la lumière de l’ange déchu prend place et rayonne comme jamais.

Même si 'Mark of Lucifer' est le titre qui m’a marqué lors des premières écoutes, force est de constater qu’il m’est impossible de dire quel titre me touche le plus tant la cohérence et la puissance de cet EP ne peut être dissociée de la moindre composition. 

_________________________________________________

KhxS

Gevurah

Profound Lore Records

| Facebook | Website | Bandcamp |

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le HELLFEST ajoute un DLC intitulé 'Knotfest' à son édition 2019

DLC n'est pas seulement le sigle de Date Limite de Consommation mais également de downloadable content et qui désigne "toute extension d'un programme qu'il est possible de télécharger légalement, gratuitement ou moyennant finance". 
Ainsi, le Hellfest s'allie à son homologue américain Knotfest (créé par Slipknot pour les deux du fond) pour proposer un contenu supplémentaire à son édition 2019. Le DLC ainsi créé se tiendra le jeudi précédent l’édition (soit le 20 juin) et sera accessible pour la modique somme de 66,6 €. Bien entendu, le DLC ne comprends pas l'accès à l'édition de base vendu un peu plus de 200€ (et déjà complète).
Pour le contenu du Knotfest, comptez sur la présence des groupes suivants :
Slipknot, Rob Zombie, Sabaton, Amon Amarth, Papa Roach, Powerwolf, Behemoth, Ministy, Sick of it all et Amaranthe.

CELINE DION accusée de Satanisme

Le nom Scholomance est fortement lié au satanisme, de part sa légende, son histoire et puis notre tendance aux musiques noires et sombres. On ne pouvait donc pas passer à côté de cette info "atypique" et "inutile". La chanteuse de Pop québécoise a en effet été accusée de satanisme après le lancement de sa ligne de vêtement "non genrée". L'attaque vient d'un exorciste américain, le père John Esseff et elle a été relayée par le National Catholic Register.
Loin des pentagrammes et des croix-inversés ou autres symboles diaboliques, la marque (faite en collaboration la maison israélienne Nununu) arborent des signes géométriques, des lettres ou une croix grecque. Mais cela suffi pour John Esseff qui lance "Je suis convaincu que la façon dont cette affaire de genres s'est diffusée est satanique" et Patti Amstrong du National Catholic Register qui trouve que "Les postures des enfants dans le catalogue sont bizarres. Un des modèles est…

ARTE met en streaming intégral son reportage : Botswana, les reines du Heavy Metal

Au Botswana aussi il y a des fans de Heavy Metal et elles s’appellent les « Marok » et ARTE leur a consacré un reportage qui se découvre en VOD via un reportage réalisé par Sarah Vianney. Découvrez le ci-dessous.

"Genre musical très majoritairement blanc, européen et masculin, le heavy metal fait pourtant des émules là où on ne l’attend pas. Depuis quelques années, une scène metal se développe au Botswana, générant une communauté hétéroclite de fans, les "marok", des femmes qui défient les codes de leur société patriarcale. Mais dans le pays, ce courant, souvent associé au satanisme, suscite la méfiance."