Accéder au contenu principal

Chronique | BLYH - Transparent To The World (Album, 2018)


BLYH - Transparent To The World (Album, 2018)

Tracklist :
1. The Strength Of A Woman Can Be Boundless
2. Transparent To The World
3. So Willingly Dead
4. The Shortening Of The Way
5. Narrow-Minded Criteria

Streaming intégral :

________________________________________

Si le Black Metal aime parfois se perdre dans des noms à rallonge, voués a décrire une ambiance que la musique peut peiner à faire ressentir, on peut tout de même avouer une chose : fondamentalement, la recette en elle-même a peu changé depuis les premières pierres posées par les pontes du genre. Le Black Metal serait-il pour autant devenu prévisible ? Pas forcément, car après tout, quelle honte y-a-t-il à reprendre une recette fonctionnant si bien, pour y intégrer quelques ingrédients venant en relever le goût ?

L’isolement, la mort, la tristesse, la rage, sont autant d’émotions que convoque le duo allemand Blyh sur ce premier album, Transparent to The World. Et si le groupe ne cherche pas à réinventer la roue, ils font toutefois preuve ici d’un sérieux sens de la formule. L’ouverture de l’album, "The Strenght of A Woman Can Be Boundless", envoie dans les oreilles de l’auditeur 11 minutes d’un Black Metal puissant, où les hurlements désespérés se mêlent aux rythmiques assourdissantes de la batterie. Noyées dans la reverb, les mélodies et leurs progressions sont à la limite de l’atmosphérique et du post black, et le changement de rythme au milieu du morceau rappellera aux amateurs les plus belles heures du Black Metal mélodique. 

Blyh se distingue principalement par sa capacité à superposer les riffs pour ajouter une profondeur et une intensité particulière a la musique. Brut sans sonner trop raw, le groupe peut également se targuer de surprendre régulièrement l’auditeur avec des changements de rythmes imprévisibles, qui semblent parfois sortis de nulle part, mais qui touchent juste à chaque fois.  Ces variations sont d’ailleurs l’un des points fort de l’album, qui se permet également d’apporter des touches d’ambient plus que bienvenues pour rompre le rythme effréné de la batterie, notamment sur le morceau éponyme, "Transparent To The World", qui suit la même recette que le précédent.

En matière d’ambiance, l’album est - sans surprise- relativement sombre. Abordant dans ses textes des thématiques telles que la solitude et la mélancolie, le tout dans une atmosphère toujours à la limite de la misanthropie, Blyh n’hésite pas à convoquer des styles autres que le black metal pour rendre son propos plus lourd de sens. Qu’il s’agisse de la séance de spiritisme en introduction de "So Willingly Dead", ou des lignes de guitares désespérées et des notes mélancoliques, presque doom, du morceau final "The Shortening of The Way". L’album se conclut avec une reprise du morceau "Narrow-minded Criteria", du groupe Systral, qui sans révolutionner quoi que ce soit reste cohérente avec l’ambiance froide de l’album.

S’adressant aux fans de black metal "à l’ancienne" tout autant qu’aux amateurs d’un son plus propre et plus travaillé, Transparent to the World, bien qu’étant une réédition d’une démo sortie en 2017, est une très bonne surprise de ce début d’année. A la fois atmosphérique dans son traitement du son et brutal dans son jeu, Blyh s’appuie sur les éléments classiques du black metal sans pour autant se reposer dessus, cherchant à maintenir l’intérêt de l’auditeur avec ses structures de morceaux imprévisibles. Pour un premier vrai coup d’essai, les Allemands réussissent leur pari, et livrent un excellent album de Black Metal qui s’écoute plus d’une fois, ne serait-ce que pour l’incroyable réplique "My name is Jeff" durant l’introduction de spiritisme sur "So Willingly Dead".
__________________________________
Vendredy

Blyh :

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Un premier trailer pour le film LORDS OF CHAOS

Le film Lords of Chaos, tiré du livre du même nom de Michael Moynihan et Didrik Søderlind sorti en 1998, fait couler beaucoup d'encre depuis son annonce. Cette adaptation qui retrace la naissance du Black Metal norvégien au début des années 90's n'est pas au goût de tous même si on retrouve à la réalisation Jonas Åkerlund (ex-Bathory). Il faudra attendre le 8 Février prochain pour se faire un avis au cinéma et le 22 pour la VOD, en attendant un nouveau teaser/trailer vient d'être dévoilé.
Découvrez le ci-dessous :


LAIBACH dévoile sa reprise du silence de '4'33' de JOHN CAGE

Laibach vient de dévoiler sa cover de 4'33 de John Cage, elle a été faite dans le cadre d'une compilation de leur label MUTE Records intitulé STUMM433 et qui sortira en Mai prochain. Des groupes tel que Depeche Mode et Moby seront de la partie.
4′33″ est un morceau composé par John Cage, souvent décrit comme « quatre minutes trente-trois secondes de silence » mais qui est en fait constitué de sons de l'environnement que les auditeurs entendent ou créent lorsque le morceau est interprété.
Le morceau a été écrit en principe pour le piano et est structuré de trois mouvements principaux. Sur la partition, chaque mouvement est présenté au moyen de chiffres romains (I, II & III) et est annoté TACET (« il se tait » en latin), qui est le terme utilisé dans la musique occidentale pour indiquer à un instrumentiste qu'il doit rester silencieux pendant toute la durée du mouvement.
Découvrez le clip ci-dessous :

CSEJTHE est de retour, extrait à l'appui

Le groupe de Metal Noir, Csejthe vient de dévoiler un nouveau morceau en attendant le troisième album qui verra le jour en 2019. Il s'intitule 'Lycanthropie Misanthropie' et il se découvre ci-dessous. Cet album fera suite à Réminiscence sorti en 2013.
Le projet est né des cendres d'un cerveau fasciné par la dame qu'on surnommait Erzébeth Bathory. Le nom du groupe fait référence au château de Čachticeest un château en ruines situé en Slovaquie à proximité du village de Čachtice. Le château fut la résidence et la prison de la comtesse Báthory Erzsébet (Élisabeth Báthory), que l'on soupçonne d'être le tueur en série féminin le plus prolifique de tous les temps. 
La légende veut que la comtesse Báthory Erzsébet (Élisabeth Báthory) ait été condamnée à être emmurée dans la chambre de son château. La porte et les fenêtres furent entièrement obstruées, à l’exception d'une fente pour la nourriture. Elisabeth accepta la condamnation et se laissa enfermer sans un…