Accéder au contenu principal

Chronique | DEIQUISITOR - Downfall Of The Apostates (Album, 2018)



Deiquisitor - "Downfall Of The Apostates" (Album, 2018)

Tracklist:


01. Atom Synthesis

02. Downfall Of The Apostates
03. Faint Of Distorted Images
04. Tetrad Of Lunar Eclipses
05. The Order Of Pegasus Light
06. Metatron
07. The Magnificence Of
08. Planetary Devastation
09. War On The Gods

Streaming intégral:
  
______________________________

Direction le Danemark et sa scène Death Metal renaissante avec les Phrenelith, Undergang, Taphos et consorts et, ici, Deiquisitor et son nouveau rejeton Downfall Of The Apostates...
Formé en 2013, le trio sort une première démo et un EP Hexagon Vortex en 2014 avant de lâcher son premier album, l'éponyme Deiquisitor, qui a su attirer le fin nez de l'excellente écurie Dark Descent Records en vue de la sortie de son deuxième album Downfall Of The Apostates que voici. Et forcément au vu de la qualité de la scène danoise ces dernières années et de la qualité du premier album du trio, ce nouvel opus était attendu de pied ferme !

Sans préambule, Deiquisitor démarre avec "Atom Synthesis" qui d'emblée pose l'ambiance de l'album, noire et écrasante, dans la pleine lignée de son précédent album.
Bardé de riffs noirs, lourds et tordus qui rappelleront quelque peu les formations américaines Immolation, Incantation et Morbid Angel et moins connus aussi, les bataves de Centurian notamment sur des titres comme "Faint Distorted Images" ou "Metatron", le trio danois poursuit ici le travail entamé avec son premier full-length.

"Tetrad Of Lunar Eclipses" et ses riffs écrasants très Immolationesque et son passage "mélodique" des plus surprenants en milieu de piste ou le redoutable "Planetary Devastation", qui comme son nom l'indique dévaste tout sur son passage avec son riffing pachydermique, sont autant d'indicateurs de la volonté du groupe à produire un Death Metal direct et écrasant. L'ensemble n'est néanmoins pas dénué de subtilités, en témoignent les riffs de guitares tordus et le jeu de batterie voluptueux de HBC sur par exemple, pour ne citer que lui, l'excellent "Metatron".
Deiquisitor y développe aussi quelques ambiances "planantes", plus prenantes que sur son premier opus, laissant poindre une atmosphère opaque qui nous happe comme sur "The Order Of Pegasus Light" ou le final lourd et plombant de "War On The Gods". Atmosphère des plus noires renforcées en sus des riffs de guitares tordus, par le growl profond de TFJ...

Le groupe a opté pour une production épaisse et rugueuse donnant ce coté chaotique aux morceaux, qui additionné à un tempo un brin plus lent que sur le précédent opus en accentue l'effet. Petit bémol toutefois sur le son de la batterie, notamment concernant la double pédale qui sonne flasque et très synthétique, là où sur le précédent opus elle se faisait plus claquante et naturelle, perdant de ce fait à mon goût en impact... A contrario les guitares ont elles gagné en clarté et en puissance avec la production que leur a conféré l'incontournable Dan Lowndes (Cruciamentum...).

Sans surprise Deiquisitor récidive avec ce Downfall Of The Apostates dans la pleine ligné de son prédécesseur, brutal, noir et écrasant, prouvant une fois de plus s'il en fallait que la scène danoise est au meilleur de sa forme, lâchant toujours plus de brûlots incandescents au sein d'une scène Death Metal des plus prolifiques...

Be Death or be dead.
______________________________
Nyarlathotep


Deiquisitor

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Un premier trailer pour le film LORDS OF CHAOS

Le film Lords of Chaos, tiré du livre du même nom de Michael Moynihan et Didrik Søderlind sorti en 1998, fait couler beaucoup d'encre depuis son annonce. Cette adaptation qui retrace la naissance du Black Metal norvégien au début des années 90's n'est pas au goût de tous même si on retrouve à la réalisation Jonas Åkerlund (ex-Bathory). Il faudra attendre le 8 Février prochain pour se faire un avis au cinéma et le 22 pour la VOD, en attendant un nouveau teaser/trailer vient d'être dévoilé.
Découvrez le ci-dessous :


LAIBACH dévoile sa reprise du silence de '4'33' de JOHN CAGE

Laibach vient de dévoiler sa cover de 4'33 de John Cage, elle a été faite dans le cadre d'une compilation de leur label MUTE Records intitulé STUMM433 et qui sortira en Mai prochain. Des groupes tel que Depeche Mode et Moby seront de la partie.
4′33″ est un morceau composé par John Cage, souvent décrit comme « quatre minutes trente-trois secondes de silence » mais qui est en fait constitué de sons de l'environnement que les auditeurs entendent ou créent lorsque le morceau est interprété.
Le morceau a été écrit en principe pour le piano et est structuré de trois mouvements principaux. Sur la partition, chaque mouvement est présenté au moyen de chiffres romains (I, II & III) et est annoté TACET (« il se tait » en latin), qui est le terme utilisé dans la musique occidentale pour indiquer à un instrumentiste qu'il doit rester silencieux pendant toute la durée du mouvement.
Découvrez le clip ci-dessous :

CSEJTHE est de retour, extrait à l'appui

Le groupe de Metal Noir, Csejthe vient de dévoiler un nouveau morceau en attendant le troisième album qui verra le jour en 2019. Il s'intitule 'Lycanthropie Misanthropie' et il se découvre ci-dessous. Cet album fera suite à Réminiscence sorti en 2013.
Le projet est né des cendres d'un cerveau fasciné par la dame qu'on surnommait Erzébeth Bathory. Le nom du groupe fait référence au château de Čachticeest un château en ruines situé en Slovaquie à proximité du village de Čachtice. Le château fut la résidence et la prison de la comtesse Báthory Erzsébet (Élisabeth Báthory), que l'on soupçonne d'être le tueur en série féminin le plus prolifique de tous les temps. 
La légende veut que la comtesse Báthory Erzsébet (Élisabeth Báthory) ait été condamnée à être emmurée dans la chambre de son château. La porte et les fenêtres furent entièrement obstruées, à l’exception d'une fente pour la nourriture. Elisabeth accepta la condamnation et se laissa enfermer sans un…