Accéder au contenu principal

Chronique | CULT OF THE HORNS - Chapter I. Domination (album, 2017)


Cult of the Horns - Chapter I. Domination (album, 2017)

Tracklist :

01. Intro: March Of The Tyrants
02. Mass Destruction Supremacy
03. World Conspiracy
04. Domination
05. Revolts (The Final Uprising)
06. Betrayal
07. Divide & Conquer
08. Worship Of The Idol
09. Eradication
10. Outro: A New Order...

Streaming complet de l'album :

________________________________________________

Né de la volonté d'un seul homme, le projet Cult of the Horns est porté par la hargne de Mephisto, auparavant guitariste lead et chanteur dans la défunte formation Natremia. À ses côtés, le guitariste N. a apporté sa pièce à l'édifice en contribuant à la composition et à l'écriture des textes de l'album dont il est question ici. Côté studio, le duo a réquisitionné Naja Atra pour l'enregistrement de la batterie. Sur scène, le duo fait appel à Quetzal (basse) & Chamsu (batterie) qui officient en tant que musiciens de session dans la formation.

Pour en revenir au projet qui fait l'objet de cet article, Cult of the Horns a mis au monde son premier long format en 2017, Chapter I. Domination, laissant présager une possible suite à ce torrent de haine. En effet, l'artwork (oeuvre de Remember the Fallen artworks) qui orne cette opus annonce la couleur de ce qu'il renferme : le rouge est ici synonyme de sang, de violence, de haine mais surtout pas de concession ou de futilité. Après une introduction martiale tintée de samples orchestraux et soutenus par un roulement de tambours, l'appel à la guerre est lancé ! Et les combats ne se font pas attendre : dès les premières notes, nous sommes écrasés par la lourdeur des instruments, par les guitares qui agissent comme des mitrailleuses à cadence démesurées, et par une batterie écrasante telle un char d’assaut. 

Au dessus de tout ce tumulte, Mephisto vomit sa haine au travers de longs râles ténébreux et malsains. D'ailleurs, les titres sont parfaitement explicites : "Mass Destuction Supremacy" fait office de mise en bouche avant la suite des hostilités, une introduction destructrice suivie de parties plus mid-tempo laissant un court répit avant d’entamer les plats de résistance.

Dès "World Conspiracy", le repos est inexistant et les riffs s’enchaînent, développant un Black/Death Metal agressif. La batterie martiale accompagne les guitares lourdes et acérées. Face à une telle violence, et à l'image de formations tels que Goatvermin (formation avec laquelle Cult of the Horns a produit un split en 2014), on pourrait s'attendre à un album plutôt court. Il n'en est rien car la plupart des titres gravitent autour des 5 minutes, exception faites au deux derniers morceaux de l'album qui achèvent en beauté l'écrasement de l'auditeur au cours de respectivement 1 minute 30 de brutalité sans concession aucune, suivie de 2 minutes 15 d'outro annonçant la fin du combat et "A New Order".

Si dans certains cas, l'avalanche de riffs rapides et de batterie enragés contribuent à l’effondrement de la qualité par une production médiocre ou la superposition de couches donnant lieux à un fouillis inaudible, ici, il n'en est rien. L'album bénéficie d'une qualité sonore exemplaire qui n'est ni trop clinique, ni trop old school, et qui met en valeur la qualité des compositions de Mephisto et de N.. 

En résumé, cet oeuvre porte parfaitement son nom : Domination, et cette domination s'adresse directement à l'auditeur, écrasé d'un bout à l'autre dans un torrent de notes qui ne faillit à aucun moment. Une ouverture parfaite dans un genre trop souvent malmené par des productions médiocres et des groupes qui s'assoient sur leur réputation pour en oublier la véritable essence de leur musique.

Cult of the Horns fait, avec Chapter I. Domination, honneur à ses influences :

"WAR, VIOLENCE, DOMINATION"
________________________________________________
W.G.

Chapter I. Domination est co-produit par Symbol of Domination Records & Ira Militias Records.
Disponible aux format digital et CD limité à 500 exemplaires.

Cult of the Horns

Symbol of Domination Records

Ira Militias Productions

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le "F" de CELTIC FROST est désormais une épée

Mandy, le nouveau film d'action / horreur de Panos Cosmatos vient tout juste de sortir dans les salles avec à l'affiche Nicolas Cage. 
Quel rapport avec le metal me direz-vous ? Et bien dans ce film où le personnage principal sombre peu à peu dans la démence, celui-ci va finir par se forger une épée qu'il nommera The Beast, et dont le design est largement inspiré de la typographie du "F" du groupe Celtic Frost.
Le réalisateur explique qu'il possède une réplique en chrome, mais que la version originale a bien été faite en métal. Jeffrey Halliday s'est effectivement inspiré de la forme du logo del'ancien groupe culte de Black Thrash puis du Dark Metal pour créer cette épée.
Panos Cosmatos ajoute a cela qu'elle représente bien la manifestation de folie du personnage, et qu'elle n'est pas simplement une arme, elle est l'objet cristallisé de son chagrin.
Retrouvez ci-dessous le trailer du film, avec à 1.20 min pour les plus impatients, l&#…

DEAD CAN DANCE dévoile un extrait de son nouvel album

Le groupe culte de Darkwave / Néo-Classique anglais, Dead Can Dance vient de dévoiler un extrait de son nouvel album intitulé Dionysus. Il sortira le 2 novembre en format LP et CD. Découvrez ci-dessous le titre 'The Mountain' extrait de l'Act II.

Pour ce travail, Brendan Perry explique s'être inspiré d'anciennes cérémonies religieuses grecques liées à Dionysos qui se pratiquaient à travers l'Europe.
Une tournée a été annoncée dans la foulée, découvrez les dates sous la tracklist :
ACT I
01. Sea Borne 02. Liberator of Minds 03. Dance of the Bacchantes
ACT II
04. The Mountain 05. The Invocation 06. The Forest 07. Psychopomp



Date de la tournée de Dead Can Dance :
May 2: Le Liberte, Rennes, France May 4: Hammersmith Apollo, London, UK May 5: Hammersmith Apollo, London, UK May 7: Cirque Royale, Brussels, Belgium May 8: Cirque Royale, Brussels, Belgium May 10: Grand Rex, Paris, France May 11: Grand Rex, Paris, France May 13: TivoliVredenburg, Utrecht, Netherlands Ma…

Article | Metal, Romantisme et Romantisme Noir : une esthétique du Sublime

Plus je me plongeais dans les textes des groupes de Metal, que cela soit du black atmosphérique, du pagan, du doom... Plus le rapport entre Romantisme, Romantisme noir et Metal me semblait évident. Primordial a même nommé un de ses albums Dark Romanticism.


Je parle bien entendu du Romantisme avec un grand R. à savoir le mouvement romantique littéraire et artistique qui voit le jour en Allemagne et en Angleterre et se développe en Europe à la fin du XVIIIeme et au XIXeme siècle.
I. Memento Mori : Metal et Spleen
Quelles sont les caractéristiques du Romantisme ? Tout d'abord c'est le moi tourmenté, l'organisme empli d'atrabile, source physique de la mélancolie, la dépression à son paroxysme, et n'est-ce pas là l'essence même de certaines paroles de Metal ? Empyrium le résume très bien dans son titre "Saviour" "There is no Pain without Beauty at all" (Il n'existe pas de souffrance sans Beauté) ; Agalloch  nous entraîne dans sa dépression &q…