Chronique | MALLEPHYR - Womb of Worms (album, 2018)


Mallephyr - Womb of Worms (album, 2018)

Tracklist :
1. The Temple Of Nothingness
2. Towards The Interminable Hatred
3. The Absolute Inner Genocide
4. W.Y.I.D.
5. Womb Of Worms I
6. ...Just A Fraction Remains To Be Forever Ruined... The Deliverance Is Near...
7. Womb Of Worms II

Streaming intégral :

_____________________________________________________________________

En vers et putréfaction ! Si le Black/Death évoque souvent la guerre et adopte un caractère martial, les Tchèques de Mallephyr arrivent après le bataille. Womb of Worms déploie une identité visuelle plus proche de la décomposition que de l’assaut et se pose dans le paysage Black/Death à l'image de la géographie de la Tchéquie : quelque part entre l'Autriche et Belphegor, et la Pologne de Hate. On peut d'ailleurs supposer que ces formations comptent parmi les référents de Mallephyr, mais nous y reviendrons plus tard.

Dissonances, râles et lourdeur nous accueillent dans un univers musical cru et direct. De la guitare à la voix, les sons sont rauques et bruts. Mallephyr propose une musique efficace basée sur des riffs incisifs accrocheurs et couplés à des passages mid-tempo plus lourds et dissonants. La recette est bien ficelée et se dévoile dès les premiers titres. Par ailleurs, l’agressivité musicale se met au service de textes sombres évoquant la destruction du corps et de l'âme ("The Temple of Nothingness"), la haine de la race humaine ou encore la misanthropie ("Towards the Interminable Hatred").

Si l'aspect martial hérité des pionniers de Belphegor se ressent assez régulièrement, l'introduction de "The Absolute Inner Genocide" agit comme un clin d’œil à Hate avec un riff très semblable à celui d'"Erebos" (de l'album du même nom). Ainsi, d'un point de vue global, Womb of Worms s'inspire très clairement de la scène Black/Death actuelle, dans la mesure où la musique de Mallephyr n'amène pas d'éléments novateurs, ou inouïs jusqu'alors. Pour autant, leur musique est loin d'être dénuée de personnalité. On remarque une forme de signature dans les rythmiques et l'ajout de lignes de guitares lead mesurées, mais justement placées.

En tenant compte des éléments évoqués dans le paragraphe précédent, Womb of Worms est parfaitement cohérent dans son esthétique et sa construction, que ce soit par les thèmes sombres des textes, ou leur mise en musique incisive, lourde et agressive. En témoigne le diptyque "Womb of Worms I" & "II" qui clôture l'album, entrecoupé par un morceau au titre à rallonge "...Just A Fraction Remains To Be Forever Ruined... The Deliverance Is Near..." qui est le plus court de l'album. À peine plus d'une minute de sons clairs, mais d'une grande efficacité : d'abord, le titre agit comme une sorte de bouffée d'air après la masse qui nous a été envoyée dans la première partie. Mais bien vite, les harmonies dissonent et une ambiance malsaine se crée peu à peu, entrainant doucement vers une chute dans les abîmes qu'est la seconde partie du diptyque.

En clair, si Mallephyr n'ouvre pas la voie vers un nouveau genre, il est de ceux qui, au fil des ans, enrichissent la scène en apportant une pierre solide qui vient consolider l'édifice.
_____________________________________________________________________
Deimos
© Ivo Oskar Osvald

L'album est disponible au format CD ici

Mallephyr

Satanath Records

Commentaires

  1. Un groupe que j'adore que j'ai découvert l'an dernier sur une chaîne you tube. Mon meilleur album 2018 tant j'y ai trouvé une personnalité forte malgré les influences.

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire