Accéder au contenu principal

Aladiah | TOP 10 - 2018


2018 fut une année monstrueuse. Voilà, mon commentaire pourrait s’arrêter là tellement il est parlant. Cette année a vu sortir une multitude de projets et d'albums aussi bons et fous les uns que les autres, au point qu'en établir un top fut une tâche périlleuse à laquelle je n'ai pas vraiment réussi à faire face, changeant et rechangeant encore et encore. Un top fluctuant.

Commençons par les mentions honorables, les projets qui ont raté la marche d'un rien. Tout d'abord GosT et son génialissime Possessor, exclu à mon propre regret car je me suis résolu à ne parler que de post-punk. Et pourtant, la synthwave qu'il distille dans son black metal aurait pu l'y faire rentrer largement... S'ensuit Aether d'Aeon Sable et Perspektive d'Ash Code ; deux très bons disques de goth-rock mais qui commencent à faire redite musicale dans la discographie de ces deux groupes.
En dixième position on trouve la formation allemande techno/house/new wave assez oubliée en France, SONO. Le groupe a bien évolué depuis ses premiers titres tels que « Blame » et « Take Control », et s'oriente dorénavant vers une synthpop doucereuse mais efficace, avec un parallèle certain vers des sonorités à la Depeche Mode sur cet Human.



La neuvième place est occupée par Sumerging The Sun de Some Ember, un album de coldwave éthérée très difficile d'accès pour les néophytes du genre. Il m'aura fallu plusieurs écoutes afin d'apprécier la glace que ce disque distille tout au long de sa lecture.
Je considère Kælan Mikla, Selofan et Equinoxious ex æquo à la sixième place. Les trois islandaises m'ont encore une fois charmé avec leur mélange sonore darkwave, à tel point que l'on ne sait si on rêve ou cauchemarde avec Nótt Eftir Nótt. Vitrioli quant à lui propulse le duo grec Selofan directement parmi mes groupes préférés, une perle de plus chez Fabrika Records, avec Lebanon Hanover, She Past Away et Tango Mangalore. À noter également que les concerts de Selofan à Paris et Kælan Mikla à Nantes restent parmi mes meilleurs concerts de l'année. En ce qui concerne Equinoxious, son Límite Voltaico parle de lui-même : un album électrique, minimaliste, synthétique, analogique, bref, un must pour les amateurs de sonorités électroniques.

Quatrième place ex æquo également, Rendez-Vous avec Superior State et Holygram avec Modern Cults. Les deux albums sont des concentrés de post-punk. Des riffs d'enfers, des mélodies qui se gravent dans la tête, un rythme infernal ; ça envoie directement, ça bouge, c'est pur. Il s'agit du premier effort pour Holygram qui signe là un premier album de haute voltige, se hissant directement en haut du panier en ce qui se fait de mieux en matière de post-punk. Et que dire pour Rendez-vous si ce n'est que c'est une claque ? Hâte de les voir en concert cette année. Si vous ne connaissez pas, vous pouvez foncer les yeux fermés !
Les néerlandais de Bragolin arrivent en troisième position avec l’envoûtant I Saw Nothing Good So I Left, qui m'a fait danser toute l'année. Post-punk rythmé sans agressivité, mélodies imparables, nappes de synthétiseurs idylliques, ambiances délétères sans en faire des tonnes, I Saw Nothing Good So I Left est clairement un album indispensable pour les amateurs du genre. Le groupe rate la deuxième marche, la faute à un concert à Rennes qui m'a malheureusement peu convaincu.
La deuxième marche justement est du coup occupé par First Life du projet berlinois A.D. Mana. Qu'est-ce donc vous demandez-vous ? Et bien cet album, proposé par Manic Depression Records, est un pot-pourri de post-punk, coldwave, darkwave, new wave, chillwave, ambiant, EBM, shoegaze, synthpop, indus... Tout ça ? Et bien oui, tout ça. Et là où c'est fort c'est que l'album possède une cohérence improbable. C'est brut, ça cogne et ça griffe. On ne dirait pas quand on voit la pochette, mais First Life est parfait pour exprimer, faire ressortir et laisser échapper sa colère intérieure. Le cri d'un nourrisson découvrant le monde.
La première place est attribuée à l'un des meilleurs projets actuels d'électro-coldwave que je connaisse, une sortie Manic Depression Records également. Il réussit à chaque fois, à chaque chanson, à chaque concert, à m'envoyer sur orbite avec sa dark disco endiablée. Je parle bien évidemment du projet brestois Egoprisme. Je suis fan. Un grand fan. Et je ne propulse pas Among Noise en tête du classement parce que je connais l'homme derrière le voile, mais bien parce que cet album est un pur diamant. Among Noise c'est la quintessence de ce que je recherche dans la musique post-punk : Noirceur diaphane, sonorités électroniques, différents niveaux de lecture, mélodies ciselées qui ne tombent jamais dans la redite et surtout une énergie débordante qui ne vous lâchera plus jamais ! D'ailleurs j'y retourne, bonne année 2019 !
PS : Quelques oubliés de ce top :

Love In PragueTwo, Stigmata - Dark One, The Soft MoonCriminal, Mr Nô - Plaisirs Obscurs, Supernova 1006Blackout, Horror Vacui - New Wave Of Fear, Jacquy Bitch - Au Nom De, Das Kelzer - El Reflejo, Varsovie - Coups et Blessures, EssesOffering, Brandenburg - Holy Places, BalvaneraDelusion/Desire, Aviaries - There Is Nothing To Defend, Still Patient? - Zeitgeist Weltschmerz, Suffering For Kisses - Forever Waiting, LitovskDispossessed, Valuemart - Homegrown Vandal, IAMTHESHADOW - Embracing The Fall, Whispering SonsImage, Zanias - Into The Fall, SRSQUnreality, Dead Can DanceDionysos, Buzz Kull - New Kind Of Cross, Lebanon Hanover - Let Them Be Alien, Creux Lies - The Hearth, Adult. - This Behavior, Twin TribesShadows, Public MemoryDemolition, ACTORS - It will Come To You, Them Are Us TooAmends, Lycia - In Flickers... et bien d'autres...

Commentaires

  1. un autre oublié de ce top, KILL SHELTER, plus gros succès du label Unknown Pleasures Records fin 2018, à découvrir d'urgence https://www.youtube.com/watch?v=Xiu0XgO27QU

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Un premier trailer pour le film LORDS OF CHAOS

Le film Lords of Chaos, tiré du livre du même nom de Michael Moynihan et Didrik Søderlind sorti en 1998, fait couler beaucoup d'encre depuis son annonce. Cette adaptation qui retrace la naissance du Black Metal norvégien au début des années 90's n'est pas au goût de tous même si on retrouve à la réalisation Jonas Åkerlund (ex-Bathory). Il faudra attendre le 8 Février prochain pour se faire un avis au cinéma et le 22 pour la VOD, en attendant un nouveau teaser/trailer vient d'être dévoilé.
Découvrez le ci-dessous :


Détails et teaser du prochain SOPOR AETERNUS

Anna Varney, vient d'annoncer un nouvel album de son projet Darkwave / Deathrock, Sopor Aeternus. Il s'intitulera Death & Flamingos et sortira via Apocalyptic Vision le 8 Février prochain au format LP 12" Color, LP 12" split-colour, CD, K7 Rose et K7 Noire.

LAIBACH dévoile sa reprise du silence de '4'33' de JOHN CAGE

Laibach vient de dévoiler sa cover de 4'33 de John Cage, elle a été faite dans le cadre d'une compilation de leur label MUTE Records intitulé STUMM433 et qui sortira en Mai prochain. Des groupes tel que Depeche Mode et Moby seront de la partie.
4′33″ est un morceau composé par John Cage, souvent décrit comme « quatre minutes trente-trois secondes de silence » mais qui est en fait constitué de sons de l'environnement que les auditeurs entendent ou créent lorsque le morceau est interprété.
Le morceau a été écrit en principe pour le piano et est structuré de trois mouvements principaux. Sur la partition, chaque mouvement est présenté au moyen de chiffres romains (I, II & III) et est annoté TACET (« il se tait » en latin), qui est le terme utilisé dans la musique occidentale pour indiquer à un instrumentiste qu'il doit rester silencieux pendant toute la durée du mouvement.
Découvrez le clip ci-dessous :