Accéder au contenu principal

Chronique | ANNA SAGE - Downward Motion (EP, 2018)

Anna Sage - Downward Motion (EP, 2018)

Tracklist :

01. Last Dose
02. Goddess
03. When Prophecy Fails
04. Interlude
05. Missing One
06. Rope

Extrait en écoute :
 _______________________________________________________

Quatre années se sont écoulées depuis l’entrée en scène des parisiens d’Anna Sage et leur premier EP The Fourth Wall. Après un changement au niveau chant, le groupe nous propose cette année un second EP intitulé Downward Motion sorti de manière indépendante en septembre dernier. Le groupe poursuit sa plongée dans un Hardcore alternatif aux multiples facettes que nous allons tâcher d’identifier dans cet article.

Avec "Last Dose", le groupe ne passe pas par quatre chemins et choisi une ouverture musclée tintée de larsens avec une rythmique lourde et pesante. Le titre dépasse à peine les deux minutes mais suffit à envoyer un uppercut dans les oreilles de l’auditeur. Avec un bon travail sur les dissonances, le groupe accentue la puissance de l’instrumental sur lequel se greffent les hurlements du chanteur. Ce titre purement Hardcore sans fioriture est accrocheur avec une rythmique qui accentue les temps forts et provoquera sûrement des ravages sur scène. La fin du morceau est plus martiale et encourage à se briser la nuque. Une entrée en matière directe avant d'enchaîner sur "Goddess".

Ce second titre aborde une esthétique plus tournée vers le Metalcore avec à la trentième seconde un passage en voix "claire" qui précède une rythmique lourde sur laquelle se détachent les hurlements. L’esthétique Metalcore est également audible sur les accords plaqués et dissonants sur la majorité du morceau par une guitare rythmique sur laquelle se greffe une seconde guitare plus aiguë. Ecoutez, vous comprendrez bien vite de quoi je parle ! Le titre semble construit d’un seul riff varié tout au long du morceau et qui rompt ainsi toute forme de répétition.

"When Prophecy Fails" fait cohabiter un couplet Hardcore avec un refrain dont l’instrumentation des guitares rappelle l’esthétique Post Black Metal par son écriture. Ce titre, le plus long de l’album du haut de ses quasi 5 minutes multiplie les transitions, entre riffs appuyés, refrains en aller-retours, partie centrale totalement différente avec un subtil jeu de dissonance et un crescendo d’intensité qui amène vers une forme de violence travaillée et très bien amenée. L’apothéose arrive après quelques secondes d’accalmie avec un gros passage en trémolo soutenu par une batterie rapide et riche en grosse caisse qui conclut parfaitement le morceau. S’ensuit un "Interlude" joliment placé dans l’album qui permet de reprendre son souffle avec une minute de répit qui annonce cependant le retour de la bagarre. Cependant la production semble avoir oublié la dernière seconde de cette piste (ou un bug sur la version que je possède) qui empêche la transition fluide avec le titre suivant.

"Missing One" revient sur une forme plus classique de Hardcore/Metalcore qui panache ce que nous trouvons dans les deux premiers titres de l’album, à savoir guitare dissonante et rythmiques martiales typé Metalcore ponctué par un refrain plus mélodique. "Rope" continu d’explorer l’agressivité amenée par le titre précédent avec une instrumentation plus typée Hardcore. Au centre de ce titre, un brusque changement de style conduit sur un passage presque Sludge sur lequel les plaintes du chanteur se mouvent. Peu à peu, ce riff est varié avec plus d’agressivité, des accords plus brutaux et une dernière frappe de violence vient achever l’auditeur avec une accélération du tempo sur les dernières secondes du titre.

Anna Sage a mûri. Ce second EP montre une réelle maturation qui conduit au développement d'une esthétique musicale riche et travaillée. Les compositions de l'album sont très bonnes et bénéficient d'une structuration qui mélange brutalité crue et prise de respiration pour un ensemble cohérent  qui s'écoute avec fluidité. Une belle découverte pour moi qui ne suis pas un habitué de ce courant musical. Un groupe à suivre de près.
____________________________________________________________
W.G.

Anna Sage :

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le HELLFEST ajoute un DLC intitulé 'Knotfest' à son édition 2019

DLC n'est pas seulement le sigle de Date Limite de Consommation mais également de downloadable content et qui désigne "toute extension d'un programme qu'il est possible de télécharger légalement, gratuitement ou moyennant finance". 
Ainsi, le Hellfest s'allie à son homologue américain Knotfest (créé par Slipknot pour les deux du fond) pour proposer un contenu supplémentaire à son édition 2019. Le DLC ainsi créé se tiendra le jeudi précédent l’édition (soit le 20 juin) et sera accessible pour la modique somme de 66,6 €. Bien entendu, le DLC ne comprends pas l'accès à l'édition de base vendu un peu plus de 200€ (et déjà complète).
Pour le contenu du Knotfest, comptez sur la présence des groupes suivants :
Slipknot, Rob Zombie, Sabaton, Amon Amarth, Papa Roach, Powerwolf, Behemoth, Ministy, Sick of it all et Amaranthe.

CELINE DION accusée de Satanisme

Le nom Scholomance est fortement lié au satanisme, de part sa légende, son histoire et puis notre tendance aux musiques noires et sombres. On ne pouvait donc pas passer à côté de cette info "atypique" et "inutile". La chanteuse de Pop québécoise a en effet été accusée de satanisme après le lancement de sa ligne de vêtement "non genrée". L'attaque vient d'un exorciste américain, le père John Esseff et elle a été relayée par le National Catholic Register.
Loin des pentagrammes et des croix-inversés ou autres symboles diaboliques, la marque (faite en collaboration la maison israélienne Nununu) arborent des signes géométriques, des lettres ou une croix grecque. Mais cela suffi pour John Esseff qui lance "Je suis convaincu que la façon dont cette affaire de genres s'est diffusée est satanique" et Patti Amstrong du National Catholic Register qui trouve que "Les postures des enfants dans le catalogue sont bizarres. Un des modèles est…

Décès de Carsten Otterbach fondateur de MORGOTH

La formation de Death Metal allemande Morgoth, a annoncé dans un communiqué le décès ce dimanche de Carsten Otterbach, guitariste fondateur du groupe, présent de 1985 à 1998 et en 2010 lors de sa reformation. Il est décédé à l'age de 48 ans des suites d'une sclérose.
Voici le communiqué officiel du groupe :
"Today we received the devastating message that Carsten Otterbach passed away. Without Carsten MORGOTH simply would not have existed. He was founding member, motor, pilot, musician and manager. Carsten opened doors for the band that would have stayed locked without him. He was a fighter and never surrendered. Although to surrender was not an option he sadly had to give up his final battle against a malicious disease he suffered from for more than a decade. He will remain in our memories as a friend and in our hearts as our brother. We miss you! Rüdiger, Marc, Harry, Sebastian"