Accéder au contenu principal

Live Report | ANATOMIA + ATAVISMA + CRYPTIC BROOD @Hôtel de la Musique, Lyon (04.10.2018)


Sacrée affiche à l’Hôtel de la Musique ce Jeudi 4 Octobre, en pleine semaine, avec les Japonais d'Anatomia pour leur premier passage en France, nos compatriotes d'Atavisma et les Allemands de Cryptic Brood pour un résultat 100% Death Metal. Un concert inratable pour tout deathster disponible ce soir là que nous a concocté Forever Ripping Fast. Je ne pouvais décemment pas rater une telle affiche...
Comme je m'y attendais, le fait que cette soirée ait lieu en pleine semaine et malgré la qualité de l'affiche, je me retrouve dans une salle peu remplie avec une trentaine de personne pour public... Il fallait s'y attendre. Mais ce faible nombre de personne dans la salle n'entamera en rien mon impatience de profiter de cette soirée des plus alléchantes !
________________________


Premiers à monter sur scène, les Allemands de Cryptic Brood attaquent avec un set des plus costauds, envoyant leur Death Metal qui suinte le Autopsy par tous les pores, entre accélérations vicieuses et ralentissements Doom, le tout complété par une guitare tortueuse et des vocaux hurlés à l'ancienne bien comme je les aime par le batteur/chanteur (ce sera la soirée d'ailleurs...). Autre bonne surprise de ce set, le son très propre et clair du trio ce soir qui permit une excellente immersion dans leur musique et qui sera d'ailleurs un des bons points de cette soirée pour l'ensemble des groupes.

________________________


Place maintenant à nos franciliens d'Atavisma qui viennent défendre leur premier album fraîchement sorti. Et pas de doute le trio (puisque le bassiste a récemment quitté le groupe) n'est pas venu pour enfiler des perles mais bien pour défendre son rejeton toutes griffes dehors ! C'est lourd, c'est écrasant avec un son estampillé Boss HM-2 surpuissant (un peu trop peut-être vous diront mes oreilles...) qui s'il sonne suédois, dessert toutefois une musique qui lorgne elle clairement du coté d'Incantation, Disma et autres patrons du Doom/Death des Anciens, noir et monolithique ! L'ambiance y est elle aussi avec un groupe possédé, entre un vocaliste éructant ces vocaux d'outre-tombe et un guitariste agressant tant nos oreilles que son instrument... Après avoir défendu son album, Atavisma nous gratifiera pour clore son set d'une reprise du titre "Cromlech" de Darkthrone ! Une prestation au top il n'y a pas à dire !

Setlist :

Chthonic
Extraneous Abysmal Knowledge

The Shapes Of Great Nothing

A Subterranean Life

Martyrewomb

Sacrifice Unto Babalon
Amid the Ruins
Cromlech (Darkthrone Cover)


_________________________


Alors même que les balances de la tête d'affiche de cette soirée ne sont pas terminées, la petite salle de l’Hôtel de la Musique se remplit en prévision de ce set de qualité qui se profile avec les Japonais d'Anatomia pour leur premier passage en France. Notons qu'il y a maintenant plus de monde qui s’amasse dans la salle qu'en début de soirée... une bonne chose. Les Nippons vont ce soir nous gratifier d'un set varié, piochant aussi bien dans ses très nombreux splits (notamment le tout dernier avec Cryptic Brood) ainsi que dans ses albums, exceptions faite (et c'est dommage) de leur excellent deuxième opus Decaying In Obscurity, l'accent étant mis sur leur dernier full-lenght Cranial Obsession, fort bon au demeurant ! Les Japonais assènent leur set sans coup férir avec force riffs lourds oscillants entre mid-tempos écrasants et accélérations vicieuses, soutenues par une batterie au claquant prononcé et par les grognements lugubres du chanteur/batteur. Le son est sans doute le moins propre de la soirée avec une basse bien présente mais vu qu'on parle d'Anatomia et bien ça colle parfaitement au propos, c'est presque moins sale que sur album ! Et c'est sur un petit rappel demandé par le public, qui aura apprécié le concert donné là par les Japonais, que le groupe nous quitte, sous les applaudissements, le sourire aux lèvres tant d'un coté que de l'autre ! 

Setlist :

Necrotic Incision
Vanishment
Obsessed
The Macabre
Drawn Into The Abyss
Carnal Mutilation
Uncanny Descension

_________________________

Et bien malgré une affluence relativement faible, encore que la salle se soit progressivement remplie au cours de la soirée, Forever Ripping Fast et Lycanthropic Chants nous ont offert ce soir une excellente affiche de fin d'année (c'était un peu Noël avant l'heure) avec trois excellentes prestations de Cryptic Brood, Atavisma et Anatomia
Merci à eux de proposer des affiches de cette qualité et de faire perdurer la scène du Metal de la Mort dans nos contrées !

Be Death or be Dead !


Nyarlathotep

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le guitariste de CANNIBAL CORPSE arrêté pour cambriolage et voies de fait contre un policier

Pat O’Brien, le guitariste du célèbre groupe de Brutal Death Metal Cannibal Corpse vient d'être arrêté, ce lundi dans la soirée en Floride. Le musicien a fait irruption dans le domicile d’une famille armé d'un couteau, selon la chaîne de télévision locale WFLA.

Streaming intégral de la nouvelle version de "Grand Declaration of War" de MAYHEM

Season of Mist vient de sortir la nouvelle version de l'album Grand Declaration of War de Mayhem, elle est disponible en format CD Digipack, LP et K7.

TOP 5 des écoutes du mois de Novembre

Un dernier TOP 5 des écoutes de l'équipe avant le TOP 10 des meilleures sorties de cette année, qui a été riche en sortie comme vous avez pu le voir avec nos écoutes tout le longe de l'année.
On vous laisse découvrir nos coups de cœur avec une sublime illustration signée Antoine B. W. :
01. Svartidauði - Revelations of the Red Sword 02. Sulphur Aeon - The Scythe Of Cosmic Chaos 03. Cultes des Ghoules - Sinister, Or Treading The Darker Paths 04. 1914 - The blind leading the blind 05. Profanatica - Altar of the Virgin Whore
Un top mensuel résolument tourné vers le Black Metal : après une longue période Death Metal, il était temps de varier un peu les plaisir et se tourner vers les sorties Black notable de cette rentrée. C'est tout logiquement que le nouveau chef d'oeuvre de Svartidauði se trouve en tête de liste tant les islandais on poussé leur art à son paroxysme avec cet opus. En second place, oui du Death, mais bordel je l'attendais celui là, Sulphur Aeon nous gr…