Accéder au contenu principal

Chronique | CATUBODUA - Catubodua (EP, 2018)


CATUBODUA - Catubodua (Ep, 2018)

Tracklist :

1. Catubodua
2. Mort Blanche
3. Sagesse Ancestrale

Streaming intégral :

_____________________________________

Les acteurs du Pagan Black Metal aiment déterrer les légendes, invoquer les divinités anciennes. Catubodua, des siècles avant de devenir le nom du groupe qui nous intéresse aujourd'hui, fût une déesse issue de la mythologie celtique gauloise dont l'étymologie se traduit par "corneille de combat". Alors pourquoi Catubodua, parmi des centaines de divinités pour le jeune quatuor dont il est question ici ? L'explication nous vient probablement de la seule trace connue aujourd’hui de l’existence de cette déesse : une inscription retrouvée dans la commune de Mieussy située dans la région Rhône-Alpes, région d'origine des membres du groupe. 

Catubodua, le groupe cette fois, est un nouveau venu dans la scène Pagan Black Metal. Après quelques concerts régionaux où ces derniers consolident un set de compositions par une reprise de Windir, voici venu le temps de la première sortie, un EP éponyme de trois titres "aux ambiances boisées et marécageuses". Ce dernier a été entièrement auto-produit, avec un mixage confié au studio Akashik et orné d'un magnifique artwork qui ravive la légende de la déesse, signé de Mehxôhorr Artworks.

L'ouverture de l'album accompagne l'auditeur dans les bois de la Gaule profonde : la rythmique est introduite d'une part par l'exposition des accords plaqués par la guitare seule, puis reprise en trémolo avec le soutien de la basse avant que la batterie n'entre lors de la troisième occurrence de la grille d'accord. Alors seulement, le thème à la guitare lead est exposé, ce qui laisse tout le temps à l'auditeur de s'immerger dans l'ambiance du morceau. Musicalement, le groupe laisse la part belle aux mélodies en trémolo picking, récurrentes dans ce style musical, avec de grands passages instrumentaux en alternance avec les passages où la voix de L. fait appel à Catubodua pour l'aider à vaincre ses ennemis.

Le chant en français contribue à valoriser la cohérence entre les origines du groupe et les thèmes développés. Le groupe ne s'enferme pas dans une simplicité harmonique, rythmique et mélodique; ils explorent diverses combinaisons d'accords, les thèmes se font variés et délimitent les différentes parties du morceau. Un point culminant au centre du morceau permet de reprendre son souffle avec l'abandon du trémolo au profit d'accords plaqué et d'un rythme plus mid-tempo qui laisse libre champ à la guitare pour faire jaillir des lignes mélodiques planantes et enivrantes.

"Morte Blanche" est introduite à l'exacte opposé du titre précédent : ici le thème entame seul le morceau. Il évoque les cieux lointains où nichent les dieux. L'homme veut les atteindre et se met en quête du plus haut sommet. Mais l'ascension est périlleuse et risquée, le froid se fait mordant, la neige fouette les corps meurtris aussi vivement que la rythmique du morceau. La mort attend les pauvres humains qui, dans leur quête de la présence divine, s'exposent au danger de la montagne. La "Mort Blanche" les happe :

Sous le col brumeux 
S’amassent les agonisants
Transis par le froid
Carnassier et mordant

Nulle gloire et nulle conquête
Quand on défie le divin
Qu’importent l’or et le pouvoir
Nul n’échappe à son destin

Enfin, c'est avec violence que nous sommes happés par le dernier titre "Sagesse Ancestrale". On y fait appel aux anciens par l'exécution d'un rite païen. Sous le regard des corbeaux, l'homme exécute ses rituels et invoque les forces d’antan pour guider sa sagesse. Au cœur de la forêt, sous la pleine lune, les mélodies de la guitare répondent aux appels du personnage, vivement soutenus par les trois autres instruments, qui, sans nullement être mis en recul, soutiennent le discours avec brio.

Avec ce premier EP, Catubodua rend hommage à ses influences que sont Windir, Drudkh, Winterfylleth ou Kampfar, mais ne se contente pas de recopier ses aînés. On ressent une véritable empreinte personnelle guidée par les thèmes abordés dans les textes. Ce premier EP est une réussite pour un groupe prometteur dont l'évolution sera à suivre de près.
___________________________________________
W.G.
Catubodua

Commentaires

  1. Groupe très prometteur. J'ai beaucoup aimé. Merci pour cette chronique. Je me permet de vous mettre le lien de la chronique que j'ai faite du même album. Ce n'est pas dans l'esprit de faire de la pub pour mon blog (en dix ans de frequentation de sites / blog je c'est la première fois que je le fais) au contraire le but est de soutenir ce groupe Catubodua et de la faire connaître un peu plus :-) merci beaucoup, wanderer
    https://black--metal.blogspot.fr/2018/05/review-catubodua-catubodua-ep-2018.html

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le guitariste de CANNIBAL CORPSE arrêté pour cambriolage et voies de fait contre un policier

Pat O’Brien, le guitariste du célèbre groupe de Brutal Death Metal Cannibal Corpse vient d'être arrêté, ce lundi dans la soirée en Floride. Le musicien a fait irruption dans le domicile d’une famille armé d'un couteau, selon la chaîne de télévision locale WFLA.

Streaming intégral de la nouvelle version de "Grand Declaration of War" de MAYHEM

Season of Mist vient de sortir la nouvelle version de l'album Grand Declaration of War de Mayhem, elle est disponible en format CD Digipack, LP et K7.

TOP 5 des écoutes du mois de Novembre

Un dernier TOP 5 des écoutes de l'équipe avant le TOP 10 des meilleures sorties de cette année, qui a été riche en sortie comme vous avez pu le voir avec nos écoutes tout le longe de l'année.
On vous laisse découvrir nos coups de cœur avec une sublime illustration signée Antoine B. W. :
01. Svartidauði - Revelations of the Red Sword 02. Sulphur Aeon - The Scythe Of Cosmic Chaos 03. Cultes des Ghoules - Sinister, Or Treading The Darker Paths 04. 1914 - The blind leading the blind 05. Profanatica - Altar of the Virgin Whore
Un top mensuel résolument tourné vers le Black Metal : après une longue période Death Metal, il était temps de varier un peu les plaisir et se tourner vers les sorties Black notable de cette rentrée. C'est tout logiquement que le nouveau chef d'oeuvre de Svartidauði se trouve en tête de liste tant les islandais on poussé leur art à son paroxysme avec cet opus. En second place, oui du Death, mais bordel je l'attendais celui là, Sulphur Aeon nous gr…