Accéder au contenu principal

Chronique | HYBRIS - The Weaver (album, 2017)


HYBRIS - The Weaver (album, 2017)

Tracklist :

1. -
2. I
3. II
4. III
5. IV
6. V

Streaming intégral :


___________________________

Souvent, lorsqu'on fouille dans les rayons des disquaires à la recherche de découverte, l’artwork est l’élément qui nous fait nous intéresser à une production plutôt qu’à une autre. C’est le cas ici avec la première production de Hybris, jeune formation de Black Metal dijonnaise. L’intrigant visuel joue avec notre imagination, tantôt se dessine l’araignée et sa toile, tantôt un être robotique, laissant libre à chacun d’imaginer sa propre interprétation. 

La signification d’Hybris vient du grec ancien et se traduit le plus couramment par « démesure ». C’est également une divinité allégorique issue de la Grèce antique qui personnifie le sens du terme. Elle renvoie à une notion néfaste dans les mythes tirés de cette période (« Dans Les Travaux et les Jours d'Hésiode, les différentes races d'hommes (de bronze, de fer, etc.) qui se succèdent sont condamnées pour leur hybris. » - merci Wikipedia).

Rentrons dans le vif du sujet et penchons-nous sur les six titres qui constituent l’album. L’ouverture se fait sur un son de synthétiseur dissonant qui plonge tout de suite l’auditeur dans les méandres les plus malsains de son cerveau. Après ces quasi trois minutes de mise en jambe, on s’accroche et on embarque dans la fureur des riffs de guitares agressifs soutenus par une batterie quelque peu masquée au mixage par une accentuation des fréquences aiguës sur les instruments. Pour le reste, l’équilibre des pistes est assez cohérent. Malgré tout, il faut noter les petites hésitations techniques de la production, notamment lors des passages entre distorsion et clean du morceau « I », brusquement amenées avec une coupure de montage audible.

Il faut se le dire, les compositions restent assez classiques. Les tremolos sont majoritairement utilisés sur les différents titres, souvent coupés d’arpèges dissonantes (« II », « IV »). Seule la dernière piste, plus longue, s’aventure vers un terrain plus mid-tempo avec riffs plus variés. Malheureusement, il est celui sur lequel les hésitations de production sont les plus audibles, calages entre guitare rythmiques et arpèges pas toujours proprement exécutées, avec encore des transitions qui auraient pu être perfectionnées au montage. 

Au final, cette première démo au visuel réussi laisse un peu sur sa faim, mais il ne faut pas pour autant considérer cet album comme médiocre. De nombreuses bonnes idées sont développés dans The Weaver et méritent de gagner en maturité pour les prochaines productions. 
_________________________
W.G.

Hybris :

"Shards of what was once a life
For existence has to be smoothly forgotten

No will to last, neither identity nor
glimpses of oneself history
A maelström of rules and leaders
Everlasting failures"

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le HELLFEST ajoute un DLC intitulé 'Knotfest' à son édition 2019

DLC n'est pas seulement le sigle de Date Limite de Consommation mais également de downloadable content et qui désigne "toute extension d'un programme qu'il est possible de télécharger légalement, gratuitement ou moyennant finance". 
Ainsi, le Hellfest s'allie à son homologue américain Knotfest (créé par Slipknot pour les deux du fond) pour proposer un contenu supplémentaire à son édition 2019. Le DLC ainsi créé se tiendra le jeudi précédent l’édition (soit le 20 juin) et sera accessible pour la modique somme de 66,6 €. Bien entendu, le DLC ne comprends pas l'accès à l'édition de base vendu un peu plus de 200€ (et déjà complète).
Pour le contenu du Knotfest, comptez sur la présence des groupes suivants :
Slipknot, Rob Zombie, Sabaton, Amon Amarth, Papa Roach, Powerwolf, Behemoth, Ministy, Sick of it all et Amaranthe.

CELINE DION accusée de Satanisme

Le nom Scholomance est fortement lié au satanisme, de part sa légende, son histoire et puis notre tendance aux musiques noires et sombres. On ne pouvait donc pas passer à côté de cette info "atypique" et "inutile". La chanteuse de Pop québécoise a en effet été accusée de satanisme après le lancement de sa ligne de vêtement "non genrée". L'attaque vient d'un exorciste américain, le père John Esseff et elle a été relayée par le National Catholic Register.
Loin des pentagrammes et des croix-inversés ou autres symboles diaboliques, la marque (faite en collaboration la maison israélienne Nununu) arborent des signes géométriques, des lettres ou une croix grecque. Mais cela suffi pour John Esseff qui lance "Je suis convaincu que la façon dont cette affaire de genres s'est diffusée est satanique" et Patti Amstrong du National Catholic Register qui trouve que "Les postures des enfants dans le catalogue sont bizarres. Un des modèles est…

Décès de Carsten Otterbach fondateur de MORGOTH

La formation de Death Metal allemande Morgoth, a annoncé dans un communiqué le décès ce dimanche de Carsten Otterbach, guitariste fondateur du groupe, présent de 1985 à 1998 et en 2010 lors de sa reformation. Il est décédé à l'age de 48 ans des suites d'une sclérose.
Voici le communiqué officiel du groupe :
"Today we received the devastating message that Carsten Otterbach passed away. Without Carsten MORGOTH simply would not have existed. He was founding member, motor, pilot, musician and manager. Carsten opened doors for the band that would have stayed locked without him. He was a fighter and never surrendered. Although to surrender was not an option he sadly had to give up his final battle against a malicious disease he suffered from for more than a decade. He will remain in our memories as a friend and in our hearts as our brother. We miss you! Rüdiger, Marc, Harry, Sebastian"