Accéder au contenu principal

TOPs 2018 de l'équipe


Une nouvelle année s'achève et, une fois de plus, le fourmillement des scènes metal n'a pas déçu. Comme chacun d'entre vous, les membres de l'équipe de Scholomance se sont enrichis au fil des mois, grâce aux découvertes de nouveaux artistes ou de nouvelles oeuvres, autant par le biais de nos constantes recherches chez les disquaires ou sur les pages d'internet qu'en concerts et festivals. C'est donc encore une fois avec un plaisir non dissimulé que nous vous présentons notre sélection de l'année : un top 10 par membre de l'équipe, un exercice certes rigide, mais qui a le mérite de vous proposer une belle liste de recommandations si vous avez manqué certaines de ces sorties. Précisons que seuls les albums full-length rentrent dans ces tops. Vous pourrez constater que hormis quelques productions qui se sont hissées dans les premiers choix de plusieurs membres de l'équipe (le dernier 1914 par exemple), ces tops 10 sont remarquablement variés, et devraient vous en faire voir de toutes les couleurs. 

Nous vous remercions encore et toujours pour votre fidélité, que nous espérons voir renouvelée en 2019. Un immense merci également à notre talentueux graphiste et illustrateur Antoine, sans qui nous serions bien démunis ! 



  • Morgan (猛龍過江) : Fondateur
  1. 虚极 (BLISS-ILLUSION) - 森罗万象 Shinrabansho
  2. KEKAL - Deeper Underground
  3. ANDRÉA SPARTÀ & MAQUERELLE - Ubu
  4. HOLLYWOOD BURNS - Invaders
  5. 1914 - The Blind Leading The Blind
  6. GOST - Possessor
  7. KRITH NAZGUL - Minas Morgul
  8. SHREDDER 1984 - Nemesis
  9. FREDAG DEN 13:E - Dystopisk Utsikt
  10. 閃靈 (Chthonic) - 政治 (Battlefields of Asura)

Les TOPs de fin d'année sont une tradition, qu'on soit chroniqueur ou non, et ces moments deviennent des échanges sur les sorties qui ont marqués l'année. Comme à chaque fois ils deviennent un casse tête. Comment décider quel album mettre, ne pas mettre, quels sont les critères qui font qu'un album est dans notre TOP. En discutant, je me suis rendu compte que comme chaque année, nombre des albums que j'ai sélectionné sont totalement inconnus même aux plus assidus, comme le Krith Nazgul, rejeton occulte de la scène chinoise et de Tolkien, le tout plus proche de Celtic Frost que de Summoning, de quoi changer du Black Atmo. On retrouve bien entendu des albums que j'ai chroniqué courant 2018 comme le Kekal, et son Black Avantgardiste métaphysique qui a trusté pendant longtemps la première place. C'était avant la découverte sur scène puis en album du premier Bliss-Illusion, un voyage Post-Black tinté de Dépressive Black et surtout de musique bouddhiste, une merveille pour ceux qui aiment les premiers Alcest, Harakiri For The Sky etc... Une autre chronique dans mon podium, UBU, le projet réunissant Andréa Spartà et Maquerelle, là aussi de l'avantgardisme et de l'expérimentation avec du Black de la Noise, du NeoFolk et de l'Ambient.
 [Lire la suite...]


  • W.G. : Co-gérant, chroniqueur, multimédias 
  1. ENDARKEN - Tvoj je hram u srcu mom 
  2. HARAKIRI FOR THE SKY - Arson
  3. GEOSTYGMA - The Die Is Cast
  4. 1914 - The blind leading the blind
  5. ISKALD - Innhostinga
  6. REVOCATION - The outer Ones
  7. RIVERS OF NIHIL - Where Owls Know My Name
  8. A FOREST OF STARS - Grave Mounds And Grave Mistakes
  9. JAWCEN - Canto de lejos
  10. ABORTED - Terrorvision

Encore une fois 2018 aura été riche, on dit ça chaque année certes mais il est impressionnant de voir à quel point chaque fin d'année, lorsqu'on tourne la tête vers ce qui a été fait, on reste béat face à la richesse des productions musicales. Cette année, mon top 10 reflète plus mes coups de cœurs qu'un véritable classement de préférence tant certaines sorties se valent en terme de qualité.
Le choix de placer Endarken en top 1 est motivé par la claque que j'ai prise à l'écoute de cet opus riche et puissant grâce auquel j'ai découvert le projet. Geostygma (Brutal Death), 1914 (Black Metal) et Jawcen (Alcest-like)  furent les 3 grosses découvertes musicales de cette année, avec pour chaque groupe un album riche et mature.

Concernant Harakiri for the Sky, A Forest Of Stars & Iskald, ils furent parmi mes grosses attentes de cette année qui ont été comblées par leur qualité. Enfin viennent les valeurs sûres, Revocation & Aborted qui n'ont plus rien à prouver mais qui nous gratifient une fois encore de productions époustouflantes de maîtrise technique et musicale.


  • Aladiah : Chroniqueur, newseur
  1. EGOPRISME – Among Noise
  2. A.D. MANA - First Life 
  3. BRAGOLIN – I Saw Nothing Good So I Left 
  4. RENDEZ-VOUS - Superior State 
  5. HOLYGRAM – Modern Cults 
  6. KÆLAN MIKLA – Nótt Eftir Nótt 
  7. SELOFAN – Vitrioli 
  8. EQUINOXIOUS – Limite Voltaico
  9. SOME EMBER – Sumerging The Sun 
  10. SONO – Human
2018 fut une année monstrueuse. Voilà, mon commentaire pourrait s’arrêter là tellement il est parlant. Cette année a vu sortir une multitude de projets et d'albums aussi bons et fous les uns que les autres, au point qu'en établir un top fut une tâche périlleuse à laquelle je n'ai pas vraiment réussi à faire face, changeant et rechangeant encore et encore. Un top fluctuant. 

Commençons par les mentions honorables, les projets qui ont raté la marche d'un rien. Tout d'abord GosT et son génialissime Possessor, exclu à mon propre regret car je me suis résolu à ne parler que de post-punk. Et pourtant, la synthwave qu'il distille dans son black metal aurait pu l'y faire rentrer largement... S'ensuit Aether d'Aeon Sable et Perspektive d'Ash Code ; deux très bons disques de goth-rock mais qui commencent à faire redite musicale dans la discographie de ces deux groupes. [Lire la suite ...]



  • M : Chroniqueuse, newseuse
  1.  AORLHAC – L'Esprit des vents 
  2. SARGEIST - Unbound 
  3. ISKANDR - Euprosopon  
  4. HEGEMONE - We Disappear  
  5. KRIEGSMASCHINE - Apocalypticists 
  6. DEATH KARMA - The History of Death & Burial Rituals Part II 
  7. PRIMAL CULT – Perennial Fire 
  8. ABIGOR - Höllenzwang (Chronicles of Perdition) 
  9. ATRA VETOSUS – Apricity  
  10. URFAUST - The Constellatory Practice 
Une année partagée entre des découvertes et des groupes phares qui font leur grand retour ! 2018 aura eu le mérite de faire émerger beaucoup de jeunes groupes qui sortaient donc leur premier opus. Concernant les têtes d’affiches, cette année a marqué le grand retour de Aorlhac, Sargeist, Urfaust et Abigor.  Clairement le nouveau Aorlhac est sorti du lot, tant il est maîtrisé et travaillé.  Chaque morceau est vraiment excellent et en fait maintenant une valeur sûre du Black Médiéval hexagonal. On notera également le retour de deux très bons groupes à savoir Death Karma et Kriegsmaschine. Alors que le premier poursuit son très bon concept d’exploration des cultes mortuaires à travers le monde, le deuxième poursuit sa carrière de bulldozer qui emporte tout sur son passage. Oui chez Kriegsmaschine on a affaire non pas à une batterie mais à un rouleau-compresseur de haute compétition. L’album est aussi agressif que Enemy of Man, un tantinet plus complexe. Pour les découvertes, énorme coup de cœur pour le Pagan Black Metal de Primal Cult. Avec des compositions simples et efficaces, le groupe grec effectue là un début extrêmement prometteur. J’ai également découvert Iskandr et son EP Euprosopon, qui sent bon l’encens d’église et l’introspection. Finalement, 2018 aura été synonyme de qualité ! 


  • Marion : Chroniqueuse, newseuse
  1. CARPENTER BRUT - Leather Teeth 
  2. PRIMORDIAL - Exile Amongst the Ruins 
  3. GLEB KOLYADIN - S/T 
  4. MOONREICH - Fugue 
  5. A PERFECT CIRCLE - Eat the Elephant 
  6. WATAIN - Trident Wolf Eclipse 
  7. HORRENDOUS - Idol 
  8. IN THE WOODS... - Cease the Day 
  9. ANTIMATTER - Black Market Enlightenment  
  10. SULPHUR AEON - The Scythe of Cosmic Chaos 
Inutile de préciser que, comme tous les ans, le choix n'aura pas été simple. Mais cette année, cela aura notamment été parce que tout en aimant de nombreuses nouvelles sorties, peu ont déclenché toute l'ampleur de mes foudres obsessionnelles, exclusivement consacrées à Carpenter Brut et Primordial – qui n'avaient pourtant pas grand chose à me prouver. Autant vous dire que ma platine est lassée. Moi, jamais ! Je vous recommande toutefois chaudement les huit autres albums sélectionnés. Du magnifique premier album de Gleb Kolyadin, qui parvient à renouveler avec brio l'association pourtant éculée du rock progressif et de la musique classique, aux excellentes compositions du dernier Horrendous ; sans oublier l’envoûtant retour de A Perfect Circle et la nouvelle production d'Antimatter, dont le charme opère encore et toujours, notamment grâce à une belle utilisation du saxophone.   


  • Loucach : Newseur
  1. KEYS OF ORTHANC – Dush agh Golnauk
  2. MOURNING BY MOURNING - Mourning by Morning
  3. 1914 – The Blind Leading the Blind
  4. 明日の叙景 (ASUNOJOKEI) - わたしと私だったもの (Awakening)
  5. JUDAS PRIEST – Firepower
  6. DEHUMANIZING ITATRAIN WORSHIP / CHEERLEADER CONCUBINE – The Divine Union of Serrated Flesh
  7. DWARROWDELF – The Sons of Fëanor
  8. ELDERWIND - Чем холоднее ночь (The colder the night)
  9. 閃靈 (CHTHONIC) - 政治 (Battlefields of Asura)
  10. ネクロノマイドル (NECRONOMIDOL) - Voidhymn

2018 marque mes débuts dans Scholomance, et donc le début de nombreuses découvertes. Ces quelques mois depuis mon arrivée dans le webzine ont bien évidement décuplé ma cadence de recherche, et m’ont ainsi permis d’affiner mon écoute et de me pencher vers des univers musicaux que je n’avais jusqu’alors que peu ou pas encore exploré. Et c’est avec Keys of Orthanc que cette série de découvertes s’est accélérée. D’une part le groupe évolue dans une ambiance Black Metal que j’affectionne particulièrement, mais en plus la construction de leur album et le travail apporté aux morceaux délivrent une atmosphère et une richesse musicale vraiment enivrante. De ce fait on retrouve dans ce top des albums dans le même style, tels que l’excellente première production de Mourning by Morning, le nouveau venu de Asunojokei, Dwarrowdelf ou encore Elderwind. Également, comme pour d’autres de mes collègues, le nouvel album de 1914 a été une belle surprise en cette fin d’année. De même que le split Brutal Death apporte à cette année passée sa petite dose de violence et d’atrocités. Je conclue ce top avec quelques grosses sorties qui ont tout de même su capter mon attention avec bien évidement les derniers Judas Priest et Chthonic.


  • Deathslid : Newseur
  1. YOB - Our Raw Heart 
  2. THE ARMED - Only Love 
  3. ROLO TOMASSI - Time Will Die And Love Will Bury It
  4. SVALBARD - It's Hard To Have Hope
  5. PINIOL - Bran Coucou 
  6. BIRDS IN ROW - We Already Lost the World
  7. IMPERIAL TRIUMPHANT - Vile Luxury 
  8. ATTAN - End Of  
  9. SECTIONED - Annihilated    
  10. THOU - Magus      
2018 aura été une année riche en bonnes sorties ! Et encore une fois une année où les choix pour ce top dix auront été durs ! Mais également une année riche en découvertes et en bonnes surprises.

Premier de ce top, YOB, il y a encore quelques temps même pas je n'aurai prêté une oreille sur un album sludge/doom et pourtant c'est avec ce style que ce top s'ouvre. Une grosse claque des riffs puissants et un rendu sur scène assez fou. La dissonance et la violence sont également au programme cette année avec The Armed et leur Noise Hardcore barge, puis Rolo Tomassi avec un hardcore expérimental piochant dans le Jazz comme dans le punk et le chant enivrant d'Eva. En troisième place Svalbard qui a su garder sa violence et son engagement. A la quatrième place, un album à ne pas mettre dans toutes les oreilles, Piniol a su mixer avec folie Jazz et Math Metal pour arriver à un opus complètement barré. On retrouvera encore la scène Hardcore/screamo avec Birds in Row qui 'a littéralement collé une claque cette année en live, ou encore Imperial Triumphant et leur black avant-gardiste. Attan qui sera mon album Black Hardcore de l'année. Sectioned à la neuvième place avec un MathGrind d'une violence folle du début à la fin, et pour finir cette année riche en sorties et en qualité, des rythmes plus lourds avec Thou ! Et tous ces albums que je n'ai pas pu ajouter ici car il n'en fallait que 10, je pense bien sur à 1914, Zhaoze, Gorod, Tribulation, Closer, Entropia, 夢遊病者... et les splits, demo et EP qui ont fait mon bonheur encore une fois, Vegan Fox, Coma Regalia/Drein Affen, Regnvm Animale...

Maintenant attendons 2019 qui s'annonce déjà plutôt bien avec les annonces de Pensées Nocturnes, Nesseria, Downfall of Gaia, Verdun et This Gift is a Curse et la sortie du prochain album de Mono dans quelques jours !   


  • Nyarlathotep : Chroniqueur, newseur
  1. TOMB MOLD - Mirror of Infinite Forms
  2. WAYFARER - World's Blood
  3. GALVANIZER - Sanguine Vigil
  4. NECROPHOBIC - Mark of the Necrogram
  5. TEMPLE - Design in Creation
  6. BURIAL INVOCATION - Abiogenesis
  7. HATE ETERNAL - Upon Desolate Sands
  8. ZEALOT CULT - Spiritual Sickness
  9. ECTOPLASMA - Cavern of Foul Unbeings
  10. WOMBRIPPER - From the Depths of Flesh
2018 est terminé, il est donc l'heure de faire les comptes quand aux meilleures sorties de cette année écoulée et d'établir le fameux top 10 ! Top 10 se révélant bien souvent être un casse-tête à établir me concernant... Si 2018 ne fut pas l'année la plus formidable en terme de sorties, force est de constater que le Death Metal (qui constitue les ¾ de mes écoutes) reste tout de même bien garni en sorties de qualité. On y retrouvera donc fort logiquement une grande majorité d'albums dédiés au Metal de la Mort. Voire la quasi totalité pour être tout à fait honnête... Bah oui quand on aime on ne compte pas ! Enfin jusqu'à 10 ici quand même... Bref cessons ce baratin dont vous vous foutez sans doute comme d'une guigne et passons aux choses sérieuses : mon top 10 ! Histoire de vous tenir en haleine (ou de vous casser les noix, au choix) on commencera par le dernier de ce top, afin de finir par le grand gagnant (qui ne gagnera absolument rien soit-dit en passant...) ! 

En bas de ce top, à la dernière place, place déjà bien honorable et très dure à attribuer (les concurrents étant impitoyablement évincés de cette liste), j'ai nommé les russes de Wombripper et leur premier album From The Depths Of Flesh, véritable missile de Death Old School à la suédoise, sauvage et vénère, tout en finesse à grands coups de blast-beats, de riffs gras et crades (la prod' est terrible), aux relents parfois Crust qui donnent une irrésistible envie de tout péter ! Le Swedeath avait une forte tendance à s’essouffler ces dernières années, pourtant Wombripper lui rend un excellent hommage ici ! [Lire la suite...]

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Un premier trailer pour le film LORDS OF CHAOS

Le film Lords of Chaos, tiré du livre du même nom de Michael Moynihan et Didrik Søderlind sorti en 1998, fait couler beaucoup d'encre depuis son annonce. Cette adaptation qui retrace la naissance du Black Metal norvégien au début des années 90's n'est pas au goût de tous même si on retrouve à la réalisation Jonas Åkerlund (ex-Bathory). Il faudra attendre le 8 Février prochain pour se faire un avis au cinéma et le 22 pour la VOD, en attendant un nouveau teaser/trailer vient d'être dévoilé.
Découvrez le ci-dessous :


Détails et teaser du prochain SOPOR AETERNUS

Anna Varney, vient d'annoncer un nouvel album de son projet Darkwave / Deathrock, Sopor Aeternus. Il s'intitulera Death & Flamingos et sortira via Apocalyptic Vision le 8 Février prochain au format LP 12" Color, LP 12" split-colour, CD, K7 Rose et K7 Noire.

LAIBACH dévoile sa reprise du silence de '4'33' de JOHN CAGE

Laibach vient de dévoiler sa cover de 4'33 de John Cage, elle a été faite dans le cadre d'une compilation de leur label MUTE Records intitulé STUMM433 et qui sortira en Mai prochain. Des groupes tel que Depeche Mode et Moby seront de la partie.
4′33″ est un morceau composé par John Cage, souvent décrit comme « quatre minutes trente-trois secondes de silence » mais qui est en fait constitué de sons de l'environnement que les auditeurs entendent ou créent lorsque le morceau est interprété.
Le morceau a été écrit en principe pour le piano et est structuré de trois mouvements principaux. Sur la partition, chaque mouvement est présenté au moyen de chiffres romains (I, II & III) et est annoté TACET (« il se tait » en latin), qui est le terme utilisé dans la musique occidentale pour indiquer à un instrumentiste qu'il doit rester silencieux pendant toute la durée du mouvement.
Découvrez le clip ci-dessous :