Accéder au contenu principal

Chronique | CARN DÛM - Shadow and Fire (EP, 2018)


Carn Dûm - Shadow and Fire (EP, 2018) 

Tracklist : 

01. The Walls of Night 
02. Shadow and Fire 
03. Nirnaeth Arnodiad 
04. Sacrum Imperium 

Extrait en écoute :

 _____________________________________________________

On commence avec une bonne surprise ce mois-ci et la sortie de l’EP de Carn Dûm sur le label Lupus Tonkunst. Les Allemands reviennent en forme avec un EP de qualité qui s’intitule Shadow and Fire. Changement de langue pour les Teutons qui décident cette fois d’écrire dans la langue de Shakespeare (de Tolkien ici en l’occurrence). 


Une énergie incroyable se dégage du premier morceau, "The Walls of Night", tout en restant dans un registre épique et majestueux. D’ailleurs, la mélodie du titre ressemble étrangement aux riffs de "Droga Do Ocalenia" d’Arkona. Alors... qui a copié qui ? Pour le reste on est sur du Black Metal épique ultra efficace qui se laisse savourer de bout en bout. 

La seconde offrande, "Shadow and Fire", possède une approche plus frontale, avec une ligne de basse très groovy, surprenante mais qui s’intègre parfaitement au titre. En ça, le groupe n’hésite pas à sortir des sentiers battus. On peut comparer ce morceau et surtout le chant à ce qu’a pu faire Immortal dans ses premiers opus. C’est frontal, sans fioriture et on apprécie grandement ! 

Enfin, on poursuit avec "Nirnaeth Arnoediad", qui laisse la place à des chants clairs convaincants. Je dirais que c’est sûrement le morceau le plus authentique de l’album et reflète le plus les influences du groupe. Avec un solo épique au milieu qui ne gâche rien. 

Enfin, "Sacrum Imperium" clôt en beauté cet EP, il s’agit ici d’un morceau atmosphérique avec boucle de batterie en continu, très épique dans sa construction, il permet de finir de façon triomphante. Dans l’univers du “Tolkien Black Metal”, Carn Dûm tient une place de choix et sait faire la part belle aux changements d’atmosphères, fait assez honorable en soi. 


Au milieu de la multitude de sorties ces derniers temps, Shadow and Fire tire clairement son épingle du jeu et bénéficie incontestablement d’une excellente production qui en fait un EP à écouter absolument. Je recommande particulièrement à tous les amateurs de Black Metal Atmosphérique mais pas que, car il recèle de multiples influences. Le moins que l’on puisse dire c’est que le groupe s’améliore au fur et à mesure et a maintenant absolument toutes les clés en mains pour réaliser un album à la hauteur des espérances.

 M.
 _____________________________________________________


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Un premier trailer pour le film LORDS OF CHAOS

Le film Lords of Chaos, tiré du livre du même nom de Michael Moynihan et Didrik Søderlind sorti en 1998, fait couler beaucoup d'encre depuis son annonce. Cette adaptation qui retrace la naissance du Black Metal norvégien au début des années 90's n'est pas au goût de tous même si on retrouve à la réalisation Jonas Åkerlund (ex-Bathory). Il faudra attendre le 8 Février prochain pour se faire un avis au cinéma et le 22 pour la VOD, en attendant un nouveau teaser/trailer vient d'être dévoilé.
Découvrez le ci-dessous :


Détails et teaser du prochain SOPOR AETERNUS

Anna Varney, vient d'annoncer un nouvel album de son projet Darkwave / Deathrock, Sopor Aeternus. Il s'intitulera Death & Flamingos et sortira via Apocalyptic Vision le 8 Février prochain au format LP 12" Color, LP 12" split-colour, CD, K7 Rose et K7 Noire.

LAIBACH dévoile sa reprise du silence de '4'33' de JOHN CAGE

Laibach vient de dévoiler sa cover de 4'33 de John Cage, elle a été faite dans le cadre d'une compilation de leur label MUTE Records intitulé STUMM433 et qui sortira en Mai prochain. Des groupes tel que Depeche Mode et Moby seront de la partie.
4′33″ est un morceau composé par John Cage, souvent décrit comme « quatre minutes trente-trois secondes de silence » mais qui est en fait constitué de sons de l'environnement que les auditeurs entendent ou créent lorsque le morceau est interprété.
Le morceau a été écrit en principe pour le piano et est structuré de trois mouvements principaux. Sur la partition, chaque mouvement est présenté au moyen de chiffres romains (I, II & III) et est annoté TACET (« il se tait » en latin), qui est le terme utilisé dans la musique occidentale pour indiquer à un instrumentiste qu'il doit rester silencieux pendant toute la durée du mouvement.
Découvrez le clip ci-dessous :