Accéder au contenu principal

Chronique | ΚΕΝΌΣ - Inner Rituals (Album, 2018)


Tracklist :

1. Snakes 
2. Atlantis 
3. Dust 
4. Sinborn 
5. Shackles 
6. Light 

Album en écoute intégrale :

___________________________________________________


ΚΕΝΌΣ est un projet solo venu de Picardie qui est l'œuvre de K. (aidé de Maelstrom pour la basse, le mixage et le mastering). Il délivre ici un premier album signé chez BloodCrown Records, sur le thème de la catharsis et des travers de l'âme humaine. Un concept intéressant, puisque la catharsis est un peu l'essence même du Metal qui permet de purger les passions les plus noires, de les expulser pour se purifier. Ici, le concept est poussé à bout, à travers un Black Metal avec des influences Doom et Ambient particulièrement réussi. 

Inner Rituals commence donc déjà très fort par une ambiance particulièrement malsaine, qui force l'auditeur à puiser au fond de lui-même pour suivre ce rythme. Les structures musicales sont principalement basées sur la répétition et la dissonance. Le chant est caverneux et torturé et colle parfaitement avec l'ambiance instaurée. 

Le premier single sorti, "Atlantis", est très influencé par la scène Black Metal Occulte actuelle. Un morceau très lourd, qui force à l'introspection. Le titre fait référence à cette cité secrète engloutie sous les eaux, qui est peut-être aussi une métaphore de tous les passions humaines cachées, que l'on cherche à réprimer. Le côté Doom de l'album est une vraie réussite, dans la mesure où il appuie cette notion de lourdeur et d'oppression qui n'en finit plus de nous enfoncer encore plus dans les ténèbres. "Shackles" est également un morceau intéressant avec une structure basée sur la répétition qui fait écho aux chaînes, aux barrières que l'on se fixe dans son existence. L'album continue sa progression jusqu'au dernier morceau, "Light". Sur ce dernier morceau, les blasts du début laissent place à la lenteur jusqu'au final où tout s'achève brutalement, pour conclure la fin de ce voyage initiatique. 

Dans l'ensemble, les morceaux sont variés, ont leur identité propre au sein de l'album en trouvant une cohérence, un enchaînement et une suite logique. Ils ont cependant en commun une dimension ritualiste, qui nous interroge sur la grandeur et la décadence des Hommes. 

K. veut donc faire ressentir ici toute la douleur dans laquelle cet album a été créé. Ici, tout est réalisé avec intensité. Concernant les influences, je pense beaucoup à Deathspell Omega pour l'atmosphère, mais également à Mayhem (dans sa période plus expérimentale) et Celtic Frost. Les amateurs de ces groupes seront donc ravis. L'ensemble est assez typique du Black Metal Orthodoxe, par sa froideur, des riffs qui vont droit au but et un chant torturé et profond. 

Les structures musicales sont facilement reconnaissables et restent en tête après une écoute approfondie. Au bout de 35 minutes, on se sent vidé, vidé de toute la déferlante que l'on vient d'entendre. 

Au final, un premier album réussi, qui atteint son objectif et reste surtout cohérent à son projet de départ. Les thèmes abordés sont riches, fouillés, et forcément me parlent quand on est intéressé par l'essence même du Black Metal, qui est de proposer des œuvres cathartiques, qui permettent de rentrer en profondeur dans la psyché de l'Homme, de percer à jour ses faiblesses et le Mal tout autour qui le ronge. 

Soigner le mal par le mal, voilà le résultat de ces 35 minutes d'album. On se sent délivré de tout ce qui nous tourmente. On ressent également la colère de K., qui dévoile ici un album à son image, torturé et incantatoire. Plutôt que d'en parler pendant des heures, c'est un album qui se laisse vivre et écouter dans le noir.
________________________________________
M.


ΚΕΝΌΣ 

BLOODCROWN RECORDS
Facebook | Bandcamp

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le HELLFEST ajoute un DLC intitulé 'Knotfest' à son édition 2019

DLC n'est pas seulement le sigle de Date Limite de Consommation mais également de downloadable content et qui désigne "toute extension d'un programme qu'il est possible de télécharger légalement, gratuitement ou moyennant finance". 
Ainsi, le Hellfest s'allie à son homologue américain Knotfest (créé par Slipknot pour les deux du fond) pour proposer un contenu supplémentaire à son édition 2019. Le DLC ainsi créé se tiendra le jeudi précédent l’édition (soit le 20 juin) et sera accessible pour la modique somme de 66,6 €. Bien entendu, le DLC ne comprends pas l'accès à l'édition de base vendu un peu plus de 200€ (et déjà complète).
Pour le contenu du Knotfest, comptez sur la présence des groupes suivants :
Slipknot, Rob Zombie, Sabaton, Amon Amarth, Papa Roach, Powerwolf, Behemoth, Ministy, Sick of it all et Amaranthe.

CELINE DION accusée de Satanisme

Le nom Scholomance est fortement lié au satanisme, de part sa légende, son histoire et puis notre tendance aux musiques noires et sombres. On ne pouvait donc pas passer à côté de cette info "atypique" et "inutile". La chanteuse de Pop québécoise a en effet été accusée de satanisme après le lancement de sa ligne de vêtement "non genrée". L'attaque vient d'un exorciste américain, le père John Esseff et elle a été relayée par le National Catholic Register.
Loin des pentagrammes et des croix-inversés ou autres symboles diaboliques, la marque (faite en collaboration la maison israélienne Nununu) arborent des signes géométriques, des lettres ou une croix grecque. Mais cela suffi pour John Esseff qui lance "Je suis convaincu que la façon dont cette affaire de genres s'est diffusée est satanique" et Patti Amstrong du National Catholic Register qui trouve que "Les postures des enfants dans le catalogue sont bizarres. Un des modèles est…

Décès de Carsten Otterbach fondateur de MORGOTH

La formation de Death Metal allemande Morgoth, a annoncé dans un communiqué le décès ce dimanche de Carsten Otterbach, guitariste fondateur du groupe, présent de 1985 à 1998 et en 2010 lors de sa reformation. Il est décédé à l'age de 48 ans des suites d'une sclérose.
Voici le communiqué officiel du groupe :
"Today we received the devastating message that Carsten Otterbach passed away. Without Carsten MORGOTH simply would not have existed. He was founding member, motor, pilot, musician and manager. Carsten opened doors for the band that would have stayed locked without him. He was a fighter and never surrendered. Although to surrender was not an option he sadly had to give up his final battle against a malicious disease he suffered from for more than a decade. He will remain in our memories as a friend and in our hearts as our brother. We miss you! Rüdiger, Marc, Harry, Sebastian"