Accéder au contenu principal

Interview | EGOPRISME (Electro-coldwave) @ Tir Na N'Og, Brest – 08/01/2018






À l'occasion de la sortie, en janvier, de son premier album, intitulé Among Noise, Aladiah a interviewé Jean-Marc Le Droff, l'homme derrière l'electro-coldwave d'Egoprisme. Une occasion d'en apprendre un peu plus sur le projet, devenu un incontournable de la scène post-punk brestoise.

_____________________

    Peux-tu te présenter, toi et Egoprisme en quelques mots pour nos lecteurs ?

    Et bien écoute, Jean-Marc Le Droff, je suis Egoprisme.

    Projet solo à la base ?

    Oui, mais je suis bien entouré, notamment par Thomas (Thomas Grzemski N.D.L.R.) qui m’accompagne énormément sur ce projet, tant au niveau artistique que pour le développement.

    C'est un projet qui a commencé depuis quand ?

    Depuis trois ans maintenant, quasiment jour pour jour. Ça devait être en juin 2015 où l'on a vraiment commencé à bosser dessus, dans ces eaux-là.


    Est-ce ton premier projet musical sérieux, ou tu as eu d'autres projets auparavant ?


    Avant j'ai fait Mon Automatique, qui est un projet un peu dans la même veine mais plus sombre, et là c'était un duo avec David Jestin au chant. Ça nous a amené sur des belles scènes, Art Rock, les Vieilles Charrues...

    C'était plutôt dans quel genre de musique ?

    Alors on appelait ça « Electro-rock combat ». L'architecture des chansons préfigurait déjà les prémices d'Egoprisme. On continue d'ailleurs mais plus doucement, chacun ayant pris des directions différentes, on garde quand même ça un peu sous le coude. C'est toujours agréable de bosser avec un bon pote.


    Du coup puisque l'on parle genres musicaux, comment qualifierais-tu le genre de musique que tu proposes avec Egoprisme ?

    C’est toujours délicat de définir sa musique. De ce que j'ai pu voir, des scènes où l'on me mettait et des affinités que je peux avoir, ce serait darkwave, synthwave… Je touche aussi un peu la coldwave, et puis la noise... Oui il y a vraiment des moments où c'est noise.

    Dans le milieu on te catalogue souvent sous l'étiquette electro-coldwave...

    Electro-coldwave voilà. Post-punk aussi on m'a dit.


    Mais du coup, quelles sont tes inspirations et affinités musicales générales, et pour Egoprisme en particulier ? Car j'imagine qu'elles sont différentes.

    Oui, et encore, elles se rejoignent maintenant. À la base, quand j'étais ado et que j'ai voulu me mettre sérieusement à la musique, c'était Prince : de la funk, le mec seul aux commandes. Et puis j'ai évolué vers le rock indé, la noise un peu, Sonic Youth et compagnie. Et puis j'ai fait une incursion dans le reggae, il y a eu un moment où je sentais que je pouvais plus m'exprimer avec ce genre de musique.

    Pour ce qui est d'Egoprisme, c'est John Maus qui m'a donné le déclic, le mec tout seul sur scène avec ses machines. Il produisait tout dans sa chambre.


    C'est vraiment ce côté-là, solitaire, à faire son truc à soi, qui t'a inspiré donc ?

    Ouais. En fait j'ai eu pas mal de groupes et je trouve quand même que c'est vachement confortable d'être autonome, de voyager léger, venir jouer en concerts quand tu veux, n'avoir à se consulter que soi-même, pour les répétitions, c'est quand je veux, je me pose quand je veux... J'aime bien cette liberté-là qu'offre les machines.

    Après ma période John Maus, j'ai du coup fait écouter mes compositions à Thomas et là : « Tiens, tu devrais écouter ça, et tu devrais écouter ça »...


    Et il t'a balancé tout un tas de références obscures ?

    Exactement. Il y avait à boire et à manger. Mais beaucoup à manger heureusement (rires). C'est un milieu underground mais très riche. Il y a plein de projets, et de très bonnes prods avec très peu de moyens : avec ce côté machine tu peux très vite arriver à un résultat très probant.

    Et puis entre-temps j'ai aussi rencontré Mode In Gliany (Boris Völt, N.D.L.R.), qui est devenu un copain et qui m'a bien influencé aussi dans son esthétique. Je crois d’ailleurs que l'on s'est influencé l'un l'autre.


    De toute façon ça se passe souvent comme ça. Tu rencontres quelqu'un qui te parle d'un groupe, tu vas voir ce groupe-là et puis tu rencontres quelqu'un d'autre qui te renvoie vers autre chose... C'est sans fin. Et une fois que tu as mis le doigt dedans, tu es pris dans l'engrenage...

    Exactement. Tu vois, j'ai découvert Einstürzende Neubauten il n'y a pas si longtemps que ça. Je les ai vus sur scène, putain la grosse balle ! Je découvre beaucoup, beaucoup de groupes ces temps-ci grâce au projet Egoprisme. Même les gens avec lesquels on m'a programmé. Tu vois ma première date c'était à Paris, c'était avec QUAL, le mec de Lebanon Hanover, grosse balle également.


    Du coup tout ce qui est Depeche Mode, Clan Of Xymox et tout ça, tu les as découvert sur le tard ?

    Depeche Mode j'aime depuis longtemps. Xymox c'est Remy Talec (Remy PatientZéro, N.D.L.R.) qui m'a fait découvrir ça, avec Skinny Puppy, à l'époque où je faisais Mon Automatique. Il avait vu des ressemblances flagrantes dès le départ avec des groupes que je n'écoutais pas du tout. Du coup, je suis arrivé sur ces trucs-là un peu par ricochet. Le Remy est une sacrée mine d'info.


    C'est une encyclopédie de tout ce qui se fait aux alentours de Brest, en post-punk, goth mais pas que. Non seulement c'est une encyclopédie, mais il a aussi ce feeling-là pour mettre les gens en contact.

    Oui, c'est un pivot. C'est un bon soutien aussi. Par exemple, c'est lui qui m’a fait découvrir Mode In Gliany en me conseillant d’aller le voir jouer à Rennes. Il a visé vraiment juste : depuis on est devenus potes avec Mode In Gliany et on se voit souvent, on collabore, etc.


    C'est une scène qui peut paraître de l’extérieur, pour des gens qui ne sont pas dedans, fermée ; avec des gens qui sont tout le temps habillés  en noir, qui font à moitié la gueule. Mais quand tu es dedans finalement les gens sont sympathiques, ils communiquent facilement sur leur culture, leurs goûts et leur passion en général.

    Moi je trouve ça très ouvert.

    À leur culture mais aussi à d'autres.

    C'est souvent comme ça. Chacun y amène son background.


    Quels sont les thèmes que tu abordes dans tes chansons? Quelle ambiance distilles-tu avec Egoprisme ?

    Beaucoup sont liés à l'actualité. Mais là j’essaie de faire un peu plus d'introspection. Rentrer un peu plus dans l'émotion que dans le traitement froid de l'information. J'ai toujours une espèce de pudeur à dire ce que je pense. Du coup j'ai tendance à faire des textes à facettes, qui peuvent être compris d'une façon ou d'une autre, des textes souvent ambigüs. 


    L'ambiguïté permet à chacun de pouvoir se faire son idée sur les textes. Et souvent cela permet aussi, quand tu lis ou quand t'écoute une chanson, de te dire « A ça tu vois, cela me parle ».


    C'est exactement ça. Beaucoup de beaux textes que j'ai lus ou entendus, c'était des textes qui laissaient place à l'interprétation. Et pareil pour la musique : j’aime les mélodies où tu as des notes qui sont suggérées, que tu as envie d'entendre mais qui ne sont pas jouées. J'aime aussi ce concept de « note-pilote » qui entraîne les suivantes, ou encore ce concept de « note fantôme » qui se créent avec les harmonies, les résonances qui créent de nouvelles mélodies sur un accord, un riff, etc...


    Donc niveau ambiance, ce serait plutôt ça ton truc ?

    Oui. Rajouter des couches pour obtenir des résonances, et puis après faire des coupes ou souligner !


    Une question me trotte dans la tête depuis longtemps. Déjà j'adore le nom que tu as trouvé pour ton projet : Egoprisme, avec le Moi et le côté « multifacette ». D'où t'est venu ce nom ?

    Ce nom, c'est un cadeau de David Gestin, de Mon Automatique, qui est pour moi une période où j'avais vraiment cette volonté de m'exprimer par  moi-même sur ma musique, de ne plus me cacher derrière lui. Il avait ce nom-là qu'il avait utilisé dans un de ces poèmes et il me l'a suggéré.


    Moi direct ça a fait tilt parce qu’il y a cette dimension justement. J'ai pu avoir des gens qui me disaient « Oui mais c'est hyper présomptueux » ou « très narcissique », et puis d'autres au contraire qui ont trouvé ça génial car justement derrière il y a ce prisme de l'ego que l'on ressent tous. Moi ce que j'y mets, c'est vraiment la façon dont notre ego, et donc notre expérience personnelle et passée, influence fatalement notre perception du monde. À partir du moment où tu es attentif à ça, tu deviens beaucoup plus tolérant. C'est un peu un message de... Oui, de tolérance, de mise en abyme. On n'est pas seulement ce qu'on pense être.



    Tu sors ton premier album « Among Noise » le 15 janvier sur le label français Manic Depression, après "EP#01" et "EP#02" chez Beko Disques, ainsi que "Once You Get There" sur TONN Recordings. Pourquoi ce choix ?

    Les gars de Manic Depression m'ont invité à jouer à la Mécanique Ondulatoire il y a 6 mois, un truc comme ça, un petit peu avant l'été, et puis dans la foulée, le lendemain, ils m'ont proposé de remplacer un groupe au Supersonic. Et après deux concerts, ils m'ont fait : « Bon écoute, on serait intéressé pour faire un album ». J’ai dit banco!

    TONN Recordings était motivé pour en faire un aussi mais il aurait fallu attendre un an de plus car ils avaient déjà beaucoup d’albums de lancés. On pourra toujours collaborer ensemble après, et, pourquoi pas, associer les deux labels puisque ce sont des choses qui se font maintenant.


    Manic Depression qui sont vraiment réputés dans le milieu, ils ont sorti quelques grosses pointures : B.H.D., Raskolnikov...

    Oui, et des mecs comme Ash Code... C’est cool de me retrouver aux côtés d’artistes comme ça, et de bénéficier de la visibilité qu’offre Manic Depression au niveau européen!


    Justement j'avais prévu d'en parler plus tard dans les questions, savoir si tu connaissais justement toute cette scène-là.

    Je l’ai découverte notamment par la Villa Diodati (association gothique de Rennes, N.D.L.R.). Eux aussi ont été dans les premiers à me faire confiance, par l’entremise de Remy encore une fois. Ce sont vraiment des gens supers et adorables.

    Et donc voilà, un concert sur Paris avec Manic, pas énormément de monde, puis un remplacement, avec plus de monde pour voir ce que ça donnait et dans la foulée ça c'est fait.


    C'est vrai que des fois, pour certaines dates, et cela dépend d'où et de quand tu joues dans la semaine, tu n'auras pas nécessairement le même public, même sur Paris. Il se passe tellement de trucs là-bas, que si j'y étais je sortirais tous les soirs, je ne sais pas comment je ferais !

    Oui, non, ce n'est pas une bonne chose. Thomas a essayé. Il a eu des problèmes. Il essaie toujours d’ailleurs (rires) !


    Sinon, au niveau de Brest, ce n'est quand même pas mal. C'est tout de même une ville rock, et du coup niveau concert tu as beaucoup de choses...

    Oui, ça bouge très bien...

    Et pourtant nous sommes au fin fond du bout du monde...

    On est au commencement du monde!


    En revenant à nos moutons. Du coup TONN, c'est juste en pause ?

    Oui on n’exclut rien et on reste en bons termes. J'ai beaucoup aimé bosser avec Mary Mc Intyre, qui a créé ce label. C'est une nana hyper élégante. On sent qu'elle vient du monde de l'art contemporain. Elle est très attentive. Elle aussi fait ça par passion. C'est Mode In Gliany qui me l'a faite rencontrer, donc encore Remy au fond! Et pour Manic c'est pareil, je suis super-flatté qu'ils veuillent bosser avec moi. Encore des passionnés.


    Dans ce genre de milieux underground, tout ce fait par passion.

    Oui, il n'y a pas de subventions dans tout ça !

    Oh non ! Malheureusement...

    Ou peut-être heureusement... Je pense qu’heureusement.


    Revenons à l'album. Nécessairement, la première chose que l'on voit c'est la pochette : logo, titre du disque, noir et blanc, très minimaliste...

    Sobre et efficace. C'est un peu à l'image du nom du projet. Vraiment envie que les gens puissent se projeter. Clairement une volonté d'être minimaliste. J'ai fait une collaboration avec Jean-Baptiste Stéphan, qui est un artiste que j'aime beaucoup, un graphiste brestois. Je lui avais demandé justement un logo hyper minimaliste... Et il m'avait sorti ça il y a un an ou deux déjà, et ça ma paru évident d'utiliser ça pour la pochette, c'est un peu comme un labyrinthe sans sortie. Je trouve que ça rejoint ce qu'est Egoprisme. Car on n'échappe pas à notre expérience passée !

    Par contre à l'intérieur, il y a une espèce de frise très graphique, très Bauhaus en fait, et j'aime bien parce-qu'en gros « Among Noise » c'est un peu, en sorte, ces espèce de nappes que je superpose et qu'après je tranche. Et les paroles c'est un peu ça aussi, c'est plein d'informations et on en prend certaines pour les traiter, je connais ça en tant que journaliste. Et je trouve que c'est très bien trouvé. Il a du talent le petit !


    J'ai écouté l'album un certain nombre de fois. À la première écoute je l'ai trouvé assez monolithique. Boîte à rythmes, séquenceurs, arpégiateurs omniprésents, guitare : « Among Noise » est clairement fait pour danser. Est-ce une volonté de ta part ?

    Oui, grave ! Pour moi la musique c'est une libération. Il doit y avoir un ou deux morceaux un peu plus calmes que les autres mais c'est quelque chose que j'aimerais bien creuser. Aller vers du plus minimaliste. Sur scène, chaque morceau comporte une quinzaine de pistes, et ça me demande du boulot de les manipuler. Je reviens de Berlin où j'ai vu de la minimal de chez minimal, à très fort volume on y retrouve les résonances que je cherche. Je vais peut-être essayer de chercher par là, en enlevant un peu certaines couches, en taillant encore plus.

    Dans mon processus de création, je suis tellement dans la boucle, qu'au bout d'un moment je veux toujours en rajouter, ce qui est à double tranchant. J’entends des mélodies et je me dis que je ne peux pas passer à côté...


    On trouve sur ton album des titres issus de tes précédents EP comme "Here for the thrills" (EP#01), "En secret" "La plage" "I am the sun" (EP#02), "Étendard" (Once You Get There) entre autres classiques, mais aussi "Call of duty" "The dark one" "Back from an endless night" issues de ta première démo...

    Oui, mais tous les titres ont été retravaillés et revisités. En fait il y a des morceaux de ma démo que j'ai joués beaucoup de fois sur scène et du coup ils se sont enrichis de l’énergie que m'a donnée le public. Et puis j'ai appris beaucoup en technique aussi entre-temps, c'est une quête sans fin mais c’était agréable de reprendre mes pistes d'il y a trois ans et de me dire « Ah ben en fait, je me compliquais la tête ! »

    J'ai trouvé assez étonnant de ne pas y voir "L'incandescence" ou "A Great Theater", mais avec ses 15 pistes, "Among Noise" est déjà assez dense. Comment s'est fait le choix des titres et leur organisation sur l'album ?

    Et bien tout ça c'était difficile ! Alors pour le cahier des charges c'est Manic qui m'a un peu poussé à en mettre plein. Ils m'ont dit : « franchement si tu peux en mettre 15 ou 16 ce serait top ». C'est ce qu'ils attendaient après que je leur ai envoyé une vingtaine de morceaux.


    J'ai rencontré Rula entre-temps (Rula El Bahr, N.D.L.R.), qui est arrivée en plein dans ce processus-là. C’est une réalisatrice, qui a fait des études de cinéma et compagnie, son père est documentariste. Elle m'a donné une astuce qui consiste à considérer l'album comme un film et les morceaux comme des séquences. Et du coup de me faire des post-it avec des morceaux, des intentions, des paysages que j’imagine, etc... Puis tu assembles le tout pour raconter une histoire.


    Et comme certaines chansons parlent de l'actualité, certaines sont encore trop fraîches, trop dures, pour être intégrées à l'album. Surtout qu'avec lui j'avais vraiment cette volonté de faire un voyage. C'est comme le titre « La Plage » qui a tendance à diviser les avis car il peut être perçu comme très pop. Moi je ne me voyais pas ne pas la mettre. C'est elle qui fait le pivot avec deux trois morceaux parlant de ce genre d’événements (Attentats, N.D.L.R.). J'ai vraiment ressenti cette montée. J'ai voulu faire cette mise en abyme. C'est une espèce de tourbillon entre le temps qui passe et la violence, le temps qui repasse, et re-violence ; c'est un cycle sans fin. Comme l'énergie : du plus, du moins, du plus, du moins, il n'y a rien sans l'autre.



    Pourquoi le choix du titre "Among Noise" comme nom pour le disque ?

    En fait, c'est la piste avec laquelle je m'amuse le plus, là où je me sens le plus libre en fait.

    En terme musical pur, c'est une des plus sombres en fait avec "La Plage", "Nothing At All".

    Je vois vraiment "Among Noise" comme une libération. « Shall We Dance ? »... comme une évidence. Je me suis surpris, de faire une chanson avec des paroles aussi simples...


    Anglais, français, tu mélanges les deux langues sur l'album alors que certains font le choix de l'un ou l'autre.

    J'en ai beaucoup parlé autour de moi en fait, à mes proches. Et au final, ce qui en est sorti c'est qu'on s'en fout, c'est du spectacle. J'ai mis beaucoup de temps à chanter en français... L'anglais il y a une espèce de filtre, et c'est universalisé aussi. J'adore voyager. L'anglais m'a beaucoup fait voyager. Mais maintenant j'essaie d'avoir une meilleure maîtrise du français, mais parfois c'est là, quand tu as trop de possibilités, que tu te retrouves enfermé. Là j'ai réussi à ouvrir quelques portes et je crois que je vais me faufiler par là. C'est une langue que j'adore à la base, tu peux beaucoup plus jouer avec elle qu'avec l'anglais. Et comme nous sommes dans un monde complexe...


    Tu n'as pas de chansons en allemand sur ton album... Pour le prochain peut-être ?

    Peut-être ! J'ai rencontré des gens géniaux en Allemagne là, et ça me donne vraiment envie de me nourrir de ça. Et puis j'ai étudié l’allemand à la fac. Du coup oui, j'irais bien exploiter cette littérature-là... M'enfin bon, déjà le français !


    On retrouve sur l'album des featuring, avec Boris Völt de Mode In Gliany et Rula El Bahr de Kamekaz. Comment les as-tu rencontrés et comment se sont passées ces collaborations ?

    Boris, c'est par Remy donc, et Rula, c'est par Thomas. Elle était de retour en France après avoir vécu à Berlin. Thomas qui me dit « Je crois que vous vous entendriez bien »... Il n'a pas eu tort ! Ce sont deux univers qui se télescopent. Elle vient du monde de la performance. Cinéma, performance scénique, une sacrée rencontre et une bouffée d'air frais. Et une personne qui n'a pas froid aux yeux.

    On s'est bien rencontré ! C'est un personnage. Et j'aime bien avoir cet aspect-là d'un personnage qui vient sur mon projet, comme pour Mode In Gliany. Tu vois on en revient encore à cette métaphore du film en fait. Il y a ce héros-là, et l'on rajoute quelques personnages, histoire qu'ils interagissent. C'est un peu le but de la vie en général.


    La présence hypnotique de Rula El Bahr sur scène avec toi rajoute vraiment quelque chose aux prestations. Elle a une aura vraiment particulière, singulière. Faire de la scène est quelque chose d'important pour Egoprisme ?

    Pour moi oui, c'est un projet de scène. C'était surtout pour ça à la base, faire de la scène et voyager, de rencontrer des gens et de me nourrir de ce que font les autres. C'est un peu ça Egoprisme. Je me programme des moments plaisir en fait. Je sais que dans ce laps de temps là, tout va se dérouler comme je l'ai prévu.


    Ça c'est le côté ego...

    Et j'essaie de faire en sorte que tout le monde puisse danser !

    Et ça c'est le côté ...prisme

    Exactement !



    Es-tu conscient du petit effet que ton projet a eu au sein du milieu post-punk en général et goth brestois en particulier ? Comment l'expliques-tu ?

    Absolument pas. Bien apprécié sur Brest c'est sûr, il y a des aficionados, et ça fait vraiment plaisir ! Alors si, quand même je sens qu'il y a des retours très positifs, mais je ne m’en rends pas bien compte car suis plutôt du genre à m'enfermer dans mon studio pour faire mes petits trucs... Cette musique-là, je ne pensais pas pouvoir voyager avec, ou même faire un album avec. C'était plus pour me libérer moi. Et de voir que ça peut être partagé, c'est un vrai bonheur.


    Et c'est comme ça que tu as découvert, comme on le disait au départ, tout le mouvement post-punk et ce qui s'en rattache...

    Ouais... Je ne suis pas du tout original, je me suis retrouvé dans une veine où d'autres ont creusé le sillon avant moi... Ce qui est rassurant aussi.


    Et puis c'est bien aussi pour quelqu'un ne vient pas de base de cette scène-là, d'être accepté justement par cet univers et d'être adopté comme ça... Ça fait penser un peu à Jessica93, qui vient du grunge à la base...

    Ça fait plaisir de ne pas être tout seul dans son désert...


    Dans son délire. De toute façon tout cet univers goth/post-punk aime délirer. C'est un univers qui est très cinématographique du coup, on en revient à cela ; très visuel, qui aime montrer des trucs très forts...

    Très esthétique...



    Je t'ai vu sur scène au Vauban, et tu avais une certaine aura ; et je me demandais si, plus jeune, tu faisais toi aussi parti de ces gens très timides ; car j'ai toujours entendu dire que les gens sur scène, se relâchent totalement ?

    C'est vrai, je t'avoue qu'une des questions que je me suis souvent posé c'est : « Mais pourquoi tu t'infliges ça ? ». Je suis du genre à toujours vouloir me fondre dans le décor, plutôt à observer qu'à agir. Et du coup je me suis retrouvé sur scène, allez, c'est à moi... Et j'adore ça ! Ça fait partie de ces moments où tu contrôles tout ton environnement. C'est aussi une forme de catharsis.


    Maintenant que tu es plongé dans Egoprisme depuis trois ans, te sens-tu plus proche de cette scène post-punk du coup ?

    Évidemment, évidemment... Comme je t'ai dit, rencontrer des mecs comme QUAL, Tropic Of Cancer, Tristesse Contemporaine, Essaie Pas, The Horrorist... Le simple fait de se pencher sur l'esthétique de ces gens-là, évidemment ça me parle. On apprend, on apprend chaque jour. Et si on n'apprend pas, faut arrêter !

    Là j'ai écouté l'album quand je l'ai reçu, juste pour entendre si ça sonnait comme je le voulais, et je ne l'ai plus ré-écouté depuis. Là, maintenant, j'ai juste envie de faire de nouveaux morceaux. Apprendre encore.


    Tu as du mal à écouter ce que tu as déjà fait du coup ?

    Non, c'est juste que j'ai eu l'impression là, pendant six mois, j'ai été en boucle au lieu de créer, à toujours revenir sur les choses : « Ah mais ça ce n'est pas comme ça que je voulais le mettre... Ah mais si je fais ça, ça ne va pas avec celui-là... »

    Ça m'a fait me poser des questions. Je suis rentré dans de la technique... Pendant trois ans j'étais dans la création : « tiens, je m'ennuie, je vais faire un nouveau morceau... », C'est la théorie du chasse-neige : « C'est quoi la suite ? C'est quoi la suite ? ». Et là c'était plus dans l'optique de figer les choses. Et figer les choses c'est un peu comme mourir. Tu graves dans le marbre quelque chose.

    Le coup final c'est Christophe Galès qui me l'a donné. Il m'a donné un gros coup de main sur la partie finale. Il m'a donné des conseils pour le mixage et après il s'est occupé du mastering. Il m'a dit : « viens dans mon studio, je te fais écouter le mastering. Il te faut une oreille extérieure, fais-moi confiance ! ». Et cet homme-là a passé 2 jours à masteriser tout ça et aux petits oignons. J'étais en mode « je ne suis pas sûr, je ne suis pas sûr »... Il m'a amené dans sa voiture, il m'a fait faire trois fois le tour de Brest en écoutant mon album : « Alors tu me fais confiance ? ». « Oui, d'accord. »... (rires)

    Ce fut moment de pur bonheur d'arriver à ce truc-là, quand il m'a déposé devant chez moi. L'album était fini. Et en même temps j’avais le sentiment que c’était surtout le début d'un nouveau cycle. 


    Il faut vouloir saisir plus qu'on ne peut étreindre... Les projets pour l'avenir du coup, nouvel album ?

    Ouais, forcément. Évidemment ça me démange... Je ne sais pas, je suis dans une espèce d'entre-deux ; entre le besoin de repos et la frénésie de composer. J'ai appris plein de choses là en faisant ce disque, et forcément j'ai plein d'idées. Je suis en train d'essayer de construire une tournée de concerts qui commencerait au début de l'été et qui se terminerait un peu avant la rentrée.

    J'aimerais bien viser les festivals, et c'est beaucoup de boulot aussi. J'ai des contacts pour faire un clip aussi. Et puis les collaborations, continuer à bosser avec Mode In Gliany, avec Rula, rencontrer d'autres gens... Ce sont des bouffées d'air frais.


    Pour conclure, une anecdote de concert ou autres à raconter ?

    J'en ai plein. Mais s'il n'en faut qu'une ce serait mon tout premier concert au Klub à Paris, avec plein de gens dansant les bras en l'air, alors que je n'étais pas en confiance du tout... Première fois sur scène, on m'a payé mon billet, on m'a payé pour être là, et en plus les gens étaient contents. Ce fut un de mes moments de concerts les plus forts.



_____________________

Merci à Jean-Marc pour cette longue entrevue, ses réponses et pour ce bon moment passé autour d'une bonne bière, au Tir Na N'Og.

Interview : Aladiah, Olivier R
Photographies : Aladiah


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Détails et teaser du prochain album acoustique de WARDRUNA

Le groupe de Nordic Folk Ambient norvégien, Wardruna vient d'annoncer un album acoustique. Il s'intitulera Skald et sortira le 23 novembre prochain via By North Music en format CD, LP et Digital. Un teaser a été dévoilé, il s'écoute ci-dessous.
Tracklist :

01. Vardlokk
02. Skald
03. Ein sat hun uti
04. Voluspá (skaldic version)
05. Fehu (skaldic version)
06. Vindavla
07. Ormagardskvedi
08. Gravbakkjen
09. Sonatorrek
10. Helvegen (skaldic version)

DEAD CAN DANCE dévoile un extrait de son nouvel album

Le groupe culte de Darkwave / Néo-Classique anglais, Dead Can Dance vient de dévoiler un extrait de son nouvel album intitulé Dionysus. Il sortira le 2 novembre en format LP et CD. Découvrez ci-dessous le titre 'The Mountain' extrait de l'Act II.

Pour ce travail, Brendan Perry explique s'être inspiré d'anciennes cérémonies religieuses grecques liées à Dionysos qui se pratiquaient à travers l'Europe.
Une tournée a été annoncée dans la foulée, découvrez les dates sous la tracklist :
ACT I
01. Sea Borne 02. Liberator of Minds 03. Dance of the Bacchantes
ACT II
04. The Mountain 05. The Invocation 06. The Forest 07. Psychopomp



Date de la tournée de Dead Can Dance :
May 2: Le Liberte, Rennes, France May 4: Hammersmith Apollo, London, UK May 5: Hammersmith Apollo, London, UK May 7: Cirque Royale, Brussels, Belgium May 8: Cirque Royale, Brussels, Belgium May 10: Grand Rex, Paris, France May 11: Grand Rex, Paris, France May 13: TivoliVredenburg, Utrecht, Netherlands Ma…

Live report | RAVENOUS ALTAR FESTIVAL @ CCO, Lyon 15/09/2018

Direction Lyon et la salle du CCO pour une date des plus alléchantes en ce magnifique samedi après midi avec la première édition du Ravenous Altar Festival, festival orienté Black et Death Metal se tenant sur une journée et à l'affiche duquel nous retrouveront Cult Of Fire, Grave Miasma, Grave Desecrator, Throane, Serpens Luminis et Dysylumn. Une date à ne pas manquer donc, à laquelle nous avons assisté ! En espérant que le public soit au rendez vous...

________________________


Le premier groupe a ouvrir cette soirée est la formation locale Dysylumn officiant dans un Black/Death lourd et dissonant, qui bénéficie ce soir d'un son puissant et écrasant. Petite particularité, le groupe joue à trois guitares, ce qui lui permet de mieux distiller les atmosphères créées par ses guitaristes. Le groupe puise dans l'ensemble de sa discographie, nous gratifiant de morceaux issus de leur nouvel album Occultation sorti à l'occasion du Ravenous Altar Festival et de son split à venir a…