Accéder au contenu principal

Chronique | Mynationshit – Struck down by Faith (Album, 2013)


Chronique | Mynationshit – Struck down by Faith (Album, 2013)

Tracklist :

01. Intro 02:20
02. Demon´s Gold 06:31
03. Pain and Desolation 04:56
04. Greedy Brick 04:57
05. Desert 06:26
06. Outro 04:11

Extrait en écoute :


___________________________________

Recette de Struck down by Faith par Mynationshit, pour 6 pistes :

Ingrédients :
  • Un Carlos Martin à la composition
  • Un synthétiseur Mopho David Smith
  • Un synthétiseur Acces Virus TI
  • Un vocodeur Electro Harmonix Vocoder V-256
  • Une boîte à rythmes Korg ER-1
  • Une boîte à rythmes Roland TR-808
  • Des sons électroniques de la première génération des pionniers de Düsseldorf
  • Du post-punk sombre des années 80
  • Une ambiance synthwave
  • Une touche de post-modernisme
  • Une dose de réflexion sur la misère humaine, les dogmes, l’honnêteté et le matérialisme
  • Beaucoup d'introspection
  • Un Elías Saura pour le mixage
  • Un Seabastian Hübert, de Hyboyd, pour le mastering
  • Un José Punzón, de C'mon Tutankhamon, Neo Junco et Tubular Balls, pour le visuel

Recette, entre synthwave, minimal, ambient et coldwave:

Préchauffez votre platine à 33 tours/min. Faite bien attention à ne pas la programmer en 45tours/min, car si sur la plupart des pistes cela passe crème, vous risquez d'avoir une surprise à l'écoute de "Pain and Desolation", principalement au niveau du vocodeur.

Avec la patte de Carlos Martin, espagnol se cachant derrière le projet Mynationshit, prenez une bonne dose de sons synthétiques que vous allez étirer en longues nappes. Forcez sur le côté sombre de ces sonorités, afin d'obtenir un substrat propice à une bonne introspection. Aucune boîte à rythmes n'est pour le moment requise, ce qui fait de "Intro", un hors-d’œuvre léger mais qui annonce la couleur.

Forcez un maximum sur les basses lourdes et mesurées à partir de "Demon's Gold". Le rythme doit être lent sans être léthargique. Donnez un côté Blade Runner en lorgnant sur Vangelis avec une bonne dose de synthwave, et accentuez le côté ambient par des pads lancinants. Saupoudrez le tout d'une boîte à rythmes minimaliste, toute en finesse. Sur la moitié du morceau, activez l'arpégiateur et vous y êtes : paysage sonore tout en émotion, profond.

Passez à l'étape suivante avec "Pain and Desolation". Mélangez le post-punk sombre des années 80 avec les vieilles sonorités des pionniers de Düsseldorf, afin de créer une base synthpop tirant sur la coldwave. Étalez le vocodeur par-dessus. Étoffez le tout avec une dose de réflexion sur la misère humaine, les dogmes, l’honnêteté et le matérialisme, sans en renverser ni trop en mettre, cela gâterait l'ensemble. Décorez avec un brin de post-modernisme, surtout mis en avant dans le clip du morceau : un astronaute découvrant une humanité moderne, mais à travers des ruines, comme étranger à sa propre histoire.

Pour bien réaliser la "Greedy Brick", ne vous hâtez pas. Reprenez les ingrédients nonchalants de "Demon's Gold" en accélérant légèrement le rythme et en envoyant l'arpégiateur sur les basses d'entrée de jeu. Jonglez avec les sonorités pour donner à l'ensemble une force certaine, entre électronique dépressive et synthwave cathartique. Le goût doit être très équilibré, entre ombre et lumière. Un titre transcendant empreint d'espoir.

Si la sauce prend, il ne vous reste plus qu'à entamer le "Desert". Réutilisez les basses lourdes et mesurées de "Demon's Gold", mélangées au post-punk tirant sur la coldwave de "Pain and Desolation". Utilisez le vocodeur pour, dans les ténèbres, les lier. Décorez avec un soupçon de coulis de pads et jouez habilement avec les temps morts afin de relever toutes les saveurs d'un arpégiateur poussant l'auditeur au voyage.

Finissez en beauté avec "Outro" qui reprend des éléments d'"Intro" et de "Desert". Vous en avez fini avec les boîtes à rythmes. Laissez la magie des leads et des pads faire le travail et complétez, sur la toute fin, en augmentant les doses et en ajoutant un motif sonore ; une mélodie entêtante, en cliffhanger, laissant comme un goût d'inachevé, comme pour donner l'envie irrépressible de se remettre le disque dans les oreilles.

Terminez l'opération en faisant mixer l’œuvre par Elías Saura et en demandant un mastering aux petits oignons à Seabastian Hübert. Empaquetez le tout avec une pochette signée José Punzón, mêlant crâne, œil et chair dégoulinante sur fond gris. Faites tourner sur la platine préalablement préparée. Nommez l'ensemble Struck down by Faith, soit littéralement « Terrassé par la foi », et vous obtenez l'une des œuvres les plus sombres, stoïques et vitalistes de Mynationshit. De quoi réfléchir durant de nombreuses heures sur soi, en soi.
________________________________________________
Aladiah


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Article | Metal, Romantisme et Romantisme Noir : une esthétique du Sublime

Plus je me plongeais dans les textes des groupes de Metal, que cela soit du black atmosphérique, du pagan, du doom... Plus le rapport entre Romantisme, Romantisme noir et Metal me semblait évident. Primordial a même nommé un de ses albums Dark Romanticism.


Je parle bien entendu du Romantisme avec un grand R. à savoir le mouvement romantique littéraire et artistique qui voit le jour en Allemagne et en Angleterre et se développe en Europe à la fin du XVIIIeme et au XIXeme siècle.
I. Memento Mori : Metal et Spleen
Quelles sont les caractéristiques du Romantisme ? Tout d'abord c'est le moi tourmenté, l'organisme empli d'atrabile, source physique de la mélancolie, la dépression à son paroxysme, et n'est-ce pas là l'essence même de certaines paroles de Metal ? Empyrium le résume très bien dans son titre "Saviour" "There is no Pain without Beauty at all" (Il n'existe pas de souffrance sans Beauté) ; Agalloch  nous entraîne dans sa dépression &q…

WARKVLT, le War Black Metal entre révolution et identité indonésienne + Disco Full-Stream

Rien ne ressemble plus à un groupe de War Black Metal qu'un autre groupe de War Black Metal. Sorti des quelques grands noms ou groupes à la personnalité réelle tel qu'Impiety, Surrender of Divinity, Blasphemy ou encore Damaar (دمار). Depuis l'album de Marduk, Panzer Division Marduk et la popularisation du style, le War Black Metal est une course à qui sera le plus satanique et aura le plus gros tank. Armé d'une pochette en noir et blanc, logo rouge et créature de la bête sur-armée, la croisade à qui sera le plus diabolique, le plus rapide et le plus violent peut commencer.  Sur l’esthétique Warkvlt fait parti des nombreux rejetons obscène et brutaux de cette scène, scène prolifique en Asie. Il suffi d'une œil au Satan qui orne leur dernière démo, Infectoremus Regima et aux riffs incisifs, rapide et qui suintent la mort à chaque morceau.



Il faut s’intéresser à ce que, prône cette odeur de mort, aux racines qui ont pris vis sur les cendres de leur précédent projet I…

Avant-Première | Détails et extrait du premier album de COR SERPENTII

Le groupe de Black Death Metal avantgardiste français, Cor Serpentii sortira son premier album Phenomankind le 23 octobre prochain. Ils dévoilent en avant-première pour Scholomance leur premier morceau. Il s'agit du titre éponyme de l'album et il se découvre ci-dessous.
Entre tradition, innovation et exploration, la musique de Cor Serpentii balaie un spectre large dans le paysage musical. Ce projet fut formé sur les cendres d'Insain, après le split de ce dernier. Les compositions de Nicolas B. ont des bases bien ancrées dans le Metal particulièrement extrême et puisent dans d’autres sources où se mêlent progressif, ambiant et classique notamment. Le résultat est une musique riche mais sans complexité artificielle, empreinte d'agressivité construite au fil des morceaux, soulignées par les lignes de basse fluides de Benoît J. L’exploration est de mise, comme dans les thèmes explorés et chantés pa…