Accéder au contenu principal

Chronique | HYBRIS - The Weaver (album, 2017)


HYBRIS - The Weaver (album, 2017)

Tracklist :

1. -
2. I
3. II
4. III
5. IV
6. V

Streaming intégral :


___________________________

Souvent, lorsqu'on fouille dans les rayons des disquaires à la recherche de découverte, l’artwork est l’élément qui nous fait nous intéresser à une production plutôt qu’à une autre. C’est le cas ici avec la première production de Hybris, jeune formation de Black Metal dijonnaise. L’intrigant visuel joue avec notre imagination, tantôt se dessine l’araignée et sa toile, tantôt un être robotique, laissant libre à chacun d’imaginer sa propre interprétation. 

La signification d’Hybris vient du grec ancien et se traduit le plus couramment par « démesure ». C’est également une divinité allégorique issue de la Grèce antique qui personnifie le sens du terme. Elle renvoie à une notion néfaste dans les mythes tirés de cette période (« Dans Les Travaux et les Jours d'Hésiode, les différentes races d'hommes (de bronze, de fer, etc.) qui se succèdent sont condamnées pour leur hybris. » - merci Wikipedia).

Rentrons dans le vif du sujet et penchons-nous sur les six titres qui constituent l’album. L’ouverture se fait sur un son de synthétiseur dissonant qui plonge tout de suite l’auditeur dans les méandres les plus malsains de son cerveau. Après ces quasi trois minutes de mise en jambe, on s’accroche et on embarque dans la fureur des riffs de guitares agressifs soutenus par une batterie quelque peu masquée au mixage par une accentuation des fréquences aiguës sur les instruments. Pour le reste, l’équilibre des pistes est assez cohérent. Malgré tout, il faut noter les petites hésitations techniques de la production, notamment lors des passages entre distorsion et clean du morceau « I », brusquement amenées avec une coupure de montage audible.

Il faut se le dire, les compositions restent assez classiques. Les tremolos sont majoritairement utilisés sur les différents titres, souvent coupés d’arpèges dissonantes (« II », « IV »). Seule la dernière piste, plus longue, s’aventure vers un terrain plus mid-tempo avec riffs plus variés. Malheureusement, il est celui sur lequel les hésitations de production sont les plus audibles, calages entre guitare rythmiques et arpèges pas toujours proprement exécutées, avec encore des transitions qui auraient pu être perfectionnées au montage. 

Au final, cette première démo au visuel réussi laisse un peu sur sa faim, mais il ne faut pas pour autant considérer cet album comme médiocre. De nombreuses bonnes idées sont développés dans The Weaver et méritent de gagner en maturité pour les prochaines productions. 
_________________________
W.G.

Hybris :

"Shards of what was once a life
For existence has to be smoothly forgotten

No will to last, neither identity nor
glimpses of oneself history
A maelström of rules and leaders
Everlasting failures"

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

DEAD CAN DANCE dévoile un extrait de son nouvel album

Le groupe culte de Darkwave / Néo-Classique anglais, Dead Can Dance vient de dévoiler un extrait de son nouvel album intitulé Dionysus. Il sortira le 2 novembre en format LP et CD. Découvrez ci-dessous le titre 'The Mountain' extrait de l'Act II.

Pour ce travail, Brendan Perry explique s'être inspiré d'anciennes cérémonies religieuses grecques liées à Dionysos qui se pratiquaient à travers l'Europe.
Une tournée a été annoncée dans la foulée, découvrez les dates sous la tracklist :
ACT I
01. Sea Borne 02. Liberator of Minds 03. Dance of the Bacchantes
ACT II
04. The Mountain 05. The Invocation 06. The Forest 07. Psychopomp



Date de la tournée de Dead Can Dance :
May 2: Le Liberte, Rennes, France May 4: Hammersmith Apollo, London, UK May 5: Hammersmith Apollo, London, UK May 7: Cirque Royale, Brussels, Belgium May 8: Cirque Royale, Brussels, Belgium May 10: Grand Rex, Paris, France May 11: Grand Rex, Paris, France May 13: TivoliVredenburg, Utrecht, Netherlands Ma…

Le "F" de CELTIC FROST est désormais une épée

Mandy, le nouveau film d'action / horreur de Panos Cosmatos vient tout juste de sortir dans les salles avec à l'affiche Nicolas Cage. 
Quel rapport avec le metal me direz-vous ? Et bien dans ce film où le personnage principal sombre peu à peu dans la démence, celui-ci va finir par se forger une épée qu'il nommera The Beast, et dont le design est largement inspiré de la typographie du "F" du groupe Celtic Frost.
Le réalisateur explique qu'il possède une réplique en chrome, mais que la version originale a bien été faite en métal. Jeffrey Halliday s'est effectivement inspiré de la forme du logo del'ancien groupe culte de Black Thrash puis du Dark Metal pour créer cette épée.
Panos Cosmatos ajoute a cela qu'elle représente bien la manifestation de folie du personnage, et qu'elle n'est pas simplement une arme, elle est l'objet cristallisé de son chagrin.
Retrouvez ci-dessous le trailer du film, avec à 1.20 min pour les plus impatients, l&#…

Détails et teaser du prochain album acoustique de WARDRUNA

Le groupe de Nordic Folk Ambient norvégien, Wardruna vient d'annoncer un album acoustique. Il s'intitulera Skald et sortira le 23 novembre prochain via By North Music en format CD, LP et Digital. Un teaser a été dévoilé, il s'écoute ci-dessous.
Tracklist :

01. Vardlokk
02. Skald
03. Ein sat hun uti
04. Voluspá (skaldic version)
05. Fehu (skaldic version)
06. Vindavla
07. Ormagardskvedi
08. Gravbakkjen
09. Sonatorrek
10. Helvegen (skaldic version)