7 février 2018

Chronique | BLACK SIN - Solitude Éternelle (album, 2017)


BLACK SIN - Solitude Éternelle (album, 2017)

Tracklist:
01. Intro
02. Lente Descente
03. Dévastation
04. Derniers Instants de Vie
05. K.A.H.R II
06. Cendres
07. Vides Existences
08. Solitude Éternelle

Streaming intégral : 

______________________________

Nous pouvons le dire, à l'heure actuelle, voici la dernière production de Black Sin, dans tous les sens du terme. En effet, après deux albums produits à sept années d'intervalles, un split et deux démos, la formation a décidé de se dissoudre après 13 ans de carrière. Cette décision a été prise par perte de l'esprit Black Metal et ils se refusent à produire quoi que ce soit qui ne soit pas sincère, un choix noble. 

Solitude Éternelle referme donc l'histoire du groupe et restera (sauf reformation éventuelle) la dernière pierre posée par le combo au temps du Black Metal Dépressif. Il a été enregistré avec pour musicien Berith la vermine de l'art noir, fondateur du groupe (qui était un one-man band jusqu'en 2008), '.' à la basse (ex- Pain Is...), Benjamin 'Jam' Marchal derrière les fûts (Deluge) ainsi que Déhà à la seconde guitare et .HaiMe. en guest au chant. 

C'est un final en beauté que nous propose Black Sin avec cet album. Dès les premières notes, les premiers râles, nous sommes happés dans une atmosphère malsaine créée par l’enchevêtrement des lignes de guitares, les plaintes, la mélodie qui s'installe progressivement à la seconde guitare, et une batterie minimaliste venant renforcer le tout. Nous nous rapprochons des grands noms de la scène comme Lifelover ou Psychonaut 4, et il faut reconnaitre que Black Sin n'a rien à leur envier ! Sans être une copie de ces derniers, les compositions ont leurs propres caractère et le mal-être y est mis en musique avec brio. On notera aussi quelques passages ressemblant à l'univers musical de Peste Noire.

Le petit plus est le chant en français qui apporte un plus dans l’œuvre, on ne s'enferme pas ici dans un discours en langage de Shakespeare comme la majorité des autres formations. L'ajout du saxophone, notamment audible sur 'Cendres', apporte avec habileté une originalité aux compositions et est de surcroit vraiment bien intégré à la musique et contribue au renforcement de la mélancolie. 

La haine, la fureur, la colère, la douleur, toutes ces émotions sont présentes au fil des 50 minutes de musique qui défilent et nous font plonger dans la Solitude Éternelle où la vie s'efface, où toute forme de vie disparait. 

Bien que très classique dans le fond et la forme avec quelques originalités soulignées ci-dessus (saxophone), Black Sin n'en réussit pas moins son pari d'inscrire son album dans le Black Metal Suicidaire comme il se doit, sans s'éloigner des codes et de proposer un album plus "accessible". un gage de sincérité compositionnelle qui prouve la passion musicale déversée dans le projet.

Cet album clôture l'histoire du groupe sur une parfaite réussite, apogée d'un art musical forgé par des années d'existence. Une des sorties de l'année 2017 qui sont malheureusement passées quelque peu inaperçues, à tort.
_______________________________


William G.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire