5 janvier 2018

Chronique | NDE - Krieg Blut Ehre Asche (album, 2009)


 NDE - Krieg Blut Ehre Asche (album, 2009)

Tracklist :

01. Krieg Blut Ehre Asche Part I - 07:54
02. Krieg Blut Ehre Asche Part II - 03:16
03. Krieg Blut Ehre Asche Part III - 04:15
04. Krieg Blut Ehre Asche Part IV - 02:57
05. Krieg Blut Ehre Asche Part V - 04:06
06. Krieg Blut Ehre Asche Part VI - 05:29
07. Krieg Blut Ehre Asche Part VII - 06:38
08. Krieg Blut Ehre Asche Part VIII - 04:16

Extrait en écoute :



_________________________________


Le sang et la bile coulent sur les pavés. Les sillons des dalles se teintent de rouge. La litanie de « Krieg Blut Ehre Asche » résonne depuis la Belgique en cette année 2009. Un frisson glacé monte alors que retentissent les premiers bruits de NDE.

La souffrance n'est qu'une pale copie de ce qui se joue devant nous. Oubliez les rituels occultes propres, les prêtres sataniques en bures de soie rouge, si soyeuses. La mort est sale et violente, le sacrifice est Noise, la mort industrielle. Les morceaux ne sont que fange dans laquelle s’étalent des corps putrides, des morceaux décharnés de Black Metal. La musicalité n'est que souvenir, les échos bruitistes ne sont que le reflet de la déchéance, une déchéance vénérée et glorifiée. NDE c'est une morsure lépreuse qui se répand, s’intensifie au fur et à mesure que les parties du rituel avancent. Les gongs ritualistes sont rouillés, oubliés du monde des hommes, les orchestrations sont synthétiques, miroir déformé d'une musique jadis dite savante et intellectuelle.

Chaque nouvelle partie est une mutilation plus profonde, une blessure nauséabonde, hommage malsain à tout ce qui est beau.

La mort s'avance, martiale et gutturale, une plaie ouverte. Elle ne vocifère que souffrance et haine. Il n'y a de religieux que l'ambiance et l'atmosphère qui se dégage de cet égout bouillonnant de fiel. Un synthétiseur crache des notes décomposées aux formes musicales spectrales, ignobles et horrifiques. La chaleur de ces corps putrides qui s'accumulent exalte une violence qui ne peut plus être contenue. Les cantiques pervers s'enchaînent. Une seule envie, vénérer et exalter cette violence. Prenez cet être haïssable, cet être symbole de ce qui vous exècre, portez le sur cet autel où résonnent les bruits occulte d'un Black Metal déchu et corrompu, loin des fastes des candélabres aux bougies noires et à l’encens sirupeux.

NDE n'est qu'un amas de tout ce que le Black Metal a enfanté de plus noir et haineux. Un concentré de Noise aux fulgurances martiales et aux ambiances ritualistes, le tout dans une enveloppe Black Metal. Il n'y aura d'accalmie qu'à la fin, quand les parties auront honoré la haine et sacrifié l'humanité à la fureur.

_________________________________
Morgan


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire