16 janvier 2018

Chronique | CRUENTATOR - Ain't War Hell? (album, 2018)


Cruentator - "Ain't War Hell" (Album, 2018)

Tracklist:

01. Merciless Extermination
02. Tyrants Of The Wasteland
03. Barbaric Violence
04. Evil Is Prowling Around
05. The Nightstalker
06. Marching Into A Minefield
07. The Shining Hate

08. Cluster Terror

Streaming intégral:



______________________________


Formé en 2015 par Riccardo et Omar du groupe de Brutal Death Bowel Stew et rapidement rejoint par d'autres musiciens, Cruentator compose rapidement un premier jet sous la forme de l'album que voici, Ain't War Hell?. Paré à prendre part aux combats sur scène, au côté de ses compatriotes de Necrodeath notamment où ils se feront remarquer auprès du public italien, le groupe signe durant l'été 2017 un contrat avec l'écurie espagnole Xtreem Music pour ce premier album.


Avec cette pochette très Sodomienne réalisé par l'artiste indonésien Five Miligrams (Morbid Saint, Possessed, Napalm Death...), il ne fait aucun doute que nous aurons le droit à un bon gros thrash des familles, et c'est bel et bien le cas ici avec un thrash d'obédience clairement teutonne mais qui pencherait plus du côté de Kreator que de Sodom. Et par Kreator, j'entends ici la période des redoutables Terrible Certainty et Extreme Aggression, à l'image du très bon titre "Evil Is Prowling Around" aux guitares assassines et au refrain endiablé et du morceau introduisant l'album "Merciless Extermination" qui déboule comme un missile dans un bunker, direct et sans pitié, dans le seul et unique but de tout péter !

N'espérez donc ni soumission, ni cessez-le-feu de la part de Cruentator, ici ça thrash sévère, à l'ancienne avec la rage et l’agressivité, dans la veine des pionniers outre-rhin déjà cités plus haut. Écoutez-vous tout particulièrement le dernier morceau "Cluster Terror" et sa puissance de feu toute sodomienne ! Outre cette accointance évidente avec la scène thrash allemande, le combo n'est pas sans rappeler, du fait de son agressivité, d'autres formations comme les américains de Morbid Saint, en témoigne le redoutable "Tyrants of the Minefield"...

Les morceaux sont faits du même tonneau, bourrés d'agressivité et de riffs assassins, on notera notamment l'excellent "Evil Is Prowling Around", le redoutable "The Nightstalker" ou encore un "The Shining Hate" des plus entraînants ! "Barbaric Violence" quant à lui, aurait toutefois tendance à faire pâle figure de par son aspect trop convenu, et même à se perdre un peu avec une mise en place du morceau longue et répétitive malgré un break des plus efficaces en milieu de piste, avoisinant les six minutes, là où le reste des morceaux excède rarement les quatre minutes, perdant dès lors énormément de son impact à force de répétition.

Un autre petit plus accentuant l'aura agressive du groupe provient des éructations du frontman Ambro pas si loin de ceux de Mille Petrozza (Kreator toujours...), à l'accent latin bien marqué et qui rajoute un peu plus encore de fureur aux ogives balancées par les musiciens. Et cette production claire et précise pas très éloignée de celle d'un Extreme Agression (quitte à comparer avec qui vous savez, autant le faire jusqu'au bout) s'accorde à merveille aux morceaux de Cruentator. Morceaux qui doivent d'ailleurs faire des ravages en condition live et méchamment vous donner l'envie de vous jeter dans le pit ou d'headbanguer à vous en faire sauter les cervicales !


Alors certes rien de neuf sous le soleil d'Italie, on fait dans le retro, dans l'old school, mais dans le bon old school, celui fait avec rage et passion ! Et avec son terrible premier jet Ain't War Hell?, Cruentator cogne fort, très fort en ce début d'année ! Amis thrashers régalez vous, la guerre est déclarée !


_______________________________



Nyarlathotep



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire