Accéder au contenu principal

Chronique | Morbosidad - Corona de Epidemia (album 2017)


Morbosidad - Corona de Epidemia (album 2017)

Tracklist:

01. Muerte suicidio
02. Corona de epidemia
03. Cordero de Cristo
04. Eucaristía
05. Transtorno mental
06. Condena y castigo
07. Difunto
08. Maldición
09. Sepulcro de Cristo
10. Crudeza
11. D.E.P.

Extrait en écoute:



_________________________________


On s’assoit, on se décapsule sa petite bière et on s’installe pour lire tranquillement la chronique du nouveau Morbosidad.

Présent sur la scène extrême depuis 1993 et connu des initiés, le groupe aura su au fur et à mesure de sa carrière se créer une fanbase d’inconditionnels voués à la cause, apportant avec chaque édifice une nouvelle pierre au temple impie de Morbosidad. Le groupe est revenu en ce mois de décembre avec son nouvel opus Corona de Epidemia, quatre ans après son dernier album. Ce cinquième album du combo US commençait à se faire attendre des fans. Et pour mettre en image l’univers du groupe, on retrouve une nouvelle fois le talentueux Chris Moyen aux pinceaux pour un artwork bestial et blasphématoire, l’alchimie est toujours aussi présente entre le groupe et l’artiste. Entouré de membres de Blaspherian et Oath of Cruelty, Thomas Stench nous assène un nouveau coup de massue à travers ces 11 titres apocalyptiques pour 32 minutes de Black/Death Metal des familles !

On ne change pas une recette gagnante, une nouvelle fois Morbosidad débarque avec ses gros sabots fourchus pour nous infliger une déflagration satanique à travers un Black/Death Metal totalement dévoué au grand bouc ! Direct, abrupt et sans concession, ce nouveau Morbosidad est une œuvre qui plaira aux amateurs du genre. Ce qui au premier abord m’a marqué sur les premières écoutes, c’est la production qui offre à Corona de Epidemia un son parfait pour le genre, on peut distinguer les instruments sans qu’aucun ne soit noyé sous les effets (hormis la basse un peu en retrait, mais la sauce prend tout de même) et surtout ça ne sonne pas générique comme malheureusement trop de productions aseptisées de nos jours. Bon après il faut savoir que l’enregistrement s’est étalé sur deux années, de 2015 à 2017, le groupe aura eu le temps de peaufiner les détails pour arriver au résultat escompté.

Corona de Epidemia est un album compact et homogène. Comme à son habitude, Morbosidad sait ménager les effets de style avec son intro ne laissant pas présager un tel résultat, avec son ambiance pesante aux relents d’ambient. Mais il ne faut pas s’y fier, ce moment d’accalmie ne dure qu’une minute vingt et annonce juste le calme avant la tempête. Car dites-vous bien que de ces 30 minutes vous ne retiendrez que la violence et l’intensité qui s’en dégage, aucun moment de répit ne sera admis. Malgré cette densité quelques titres sortent du lot comme ‘Crudeza’ avec ses riffs groovy et ses changements de rythmes destructeurs ou bien encore ‘Corona De Epidemia’ qui agit comme un marteau piqueur vous broyant la nuque à coup de riffs et de martèlement endiablés, comme si le groupe avait conclu un pacte avec le diable en vendant son âme pour délivrer une musique faite pour vous annihiler. Mais aussi ‘Transtorno Mental’ avec son approche des riffs à la sauce Thrash Metal, permettant de ressentir les influences old-school des musiciens.

En aucun cas il ne sera question de subtilité lors de cette écoute, et à vrai dire tout fan qui se respecte ne cherchera pas cette sensation. Pour ceux connaissant la discographie du groupe il n’y aura pas forcément de surprise à la découverte de ce nouvel album, après tout ce ne fut l’effet recherché, le groupe n’est pas un nouvel ersatz de la scène hipster/post/avantgarde je ne sais pas quoi. Ici il n’est question que de blasts, de violence et de haine.

Chaque écoute m’aura apporté un plaisir primaire, me faisant taper du pied (rip les voisins), m’a donné une envie de me plonger dans le pit afin d’évacuer ce surplus d’agressivité que l’écoute de cet album laisse ressurgir tellement la violence qui s’en dégage est attractive. D’ailleurs ces titres sont taillés pour la scène, Morbosidad est un groupe qui mériterait de refouler les planches de notre beau pays aux côtés de groupes tels que Necroblood, Hexen Holocaust, Goatslave, Ritualization, etc… Ça faisait bien longtemps que je n’avais pas écouté un album de cet acabit, permettant de savourer l’écoute seul chez soi tout en donnant l’envie de prolonger les débats dans une fosse.

Le groupe aura compris que le compromis entre lourdeur et violence était la recette magique, nul temps de s’ennuyer ni de se lasser, les changements de tempo sont judicieux et placés aux bons moments, permettant ainsi de garder l’auditeur captivé de A à Z à l’écoute de cette œuvre. Il n’est jamais simple de bien doser les effets pour permettre à l’auditeur de rester attentif à ce genre musical qui se veut véhément, bas du front et complètement fanatique. Autre point positif que l’on retrouve chez Morbosidad, l’emploi de la langue espagnole donnant ainsi un ton plus délétère et agressif à sa musique. Malheureusement l’usage de la langue espagnole est bien trop souvent sous-exploitée à mon goût par les groupes dont c’est la langue maternelle au profit de la langue de Shakespeare devenu un standard à tort ou à raison. L’intensité qui se dégage de Corona de Epidemia est telle qu’on ne voit pas le temps passer à son écoute, il passe comme papa dans maman ! Un album maîtrisé et une production revue à la hausse (même si celle-ci retire un peu le côté infernal du groupe) par rapport à ses prédécesseurs permettent à Morbosidad de passer un nouveau palier. À conseiller absolument, si vous étiez fan, vous ne pourrez que valider Corona de Epidemia.

_________________________________

KhxS.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Jill Janus la frontwoman d'HUNTRESS a mis fin à ses jours

Le 14 août, Jill Janus la frontwoman de Huntress mettait fin à ses jours à l'âge de 43 ans.
La famille et les membres du groupe déclarent:
"It is with a heavy heart that we announce that Jill Janus — frontwoman for the California heavy metal band HUNTRESS — passed away on Tuesday, August 14. A longtime sufferer of mental illness, she took her own life outside of Portland, Oregon. Janus spoke publicly about these challenges in hopes of guiding others to address and overcome their mental illness."
Jill avait fait part de ses différents troubles mentaux, mais elle était aussi atteinte physiquement puisqu’elle avait un cancer. Blabbermouth retrace son parcourt et son combat contre ses différentes maladies au travers d'un panel d'interview que l'artiste avait donné. Un moyen de mieux comprendre son geste.
Hormis Huntress, elle faisait aussi partie de cover bands tels que The Starbreakers et Chelsea Girls et était la co-compositrice d'un opéra rock avec An…

MYSTIFIER et CRAVEN IDOL de passage en France

Le groupe de Black Death Metal occult brésilien, Mystifier sera en tournée européenne au mois de novembre. La tournée se fera en compagnie de la formation de Black Thrash Metal occult anglaise, Craven Idol.
Leur Under Black Magick Dynasty passera par quatre fois en France :
03.11 Paris (Fra) - Le Klub 05.11 Tours (Fra) - Candian Café 09.11 Nice (Fra) - Altherax Music 11.11 Chambery (Fra) - Brin de Zinc
D'autres dates seront bientôt annoncées :


Découvrez streaming du premier opus de SAINTE MARIE DES LOUPS

Sainte Marie des Loups (Black Metal - France) qui comprend en son sein un seul et unique membre provenant de Chambre Froide (Black Metal - France) vient de sortir son premier opus éponyme aux formats K7 et LP via Fallen Empire Records.
Tracklist:
01. La fin de l'hiver 02. Progéniture 03. Sermons sanglants 04. Sainte Marie des loups 05. Insolence 06. Absurdités et blasphémes
Sainte Marie des Loups se découvre en streaming:
Sainte Marie des Loups by Sainte Marie des Loups