2 novembre 2017

Top 5 des écoutes du mois d'octobre 2017


Voici les Top 5 mensuels de l'équipe pour le mois d'octobre 2017, commentés par chaque chroniqueur: de quoi avoir des idées (exactement 45) si vous ne savez vraiment pas sur quel album jeter votre dévolu. 

Morgan (猛龍過江):


5. Wormrot - Voices

Octobre, le froid arrive, de quoi s'installer devant le feu à écouter des contes et des légendes d'outre-Rhin et le Dark Folk de Murmur Mori. La chute n'est que brutale avec la Noise introspective  et minimaliste jouée au piano du Seul Élément. Ce mois est aussi celui d'Halloween donc un petit voyage horrifique à coup de Synthwave avec la messe synthétique de GosT et ses chandelles de néons. C'est la rupture de l'introspection avec la deuxième partie du Top du mois. On se replonge avec allégresse et violence dans du Brutal Black Death à la japonaise avec Legion Of Andromeda et du Grind made in Singapour ! Toujours un peu de subtilité pour rétablir l'équilibre de mon être.

Nyarlathotep :



Du lourd, du gras et de la subtilité pour ce top du mois d’octobre, 100% Death Metal ! Deux excellentes sorties de ce cru 2017 ornent mon top avec la grosse claque de nos auvergnats de Nephren-Ka et leur brutal death direct et technique et le Death Old-school des Grecs de Resurgency au riffing véloce et aux titres dévastateurs ! Pour rester dans le old-school et sa fraîcheur un petit tour par les States s’imposait avec War Master et son Death Metal Bolthroweresque monolithique des plus raffinés, un must pour les adeptes du défunt groupe anglais ! A l’approche de la sortie de leur nouvel album, je me devais également de ressortir les albums des Finlandais de Desolate Shrine et c’est chose faite avec ce deuxième album à l’atmosphère plus noir que les abysses. Et pour finir il me fallait ma dose de graisse et d’huile de moteur, du coup direction la Suède et les patrons de Grave avec leur dernier méfait...

Stuurm :



Octobre se meurt et le cheminement s’étant fait à travers sa durée se compose d’un certain nombre d’écoutes, certaines nouvelles et d’autres plus anciennes, sur lesquelles j’ai souhaité revenir. Vient en premier lieu le second volet de la trilogie Daemonium - Akhenaton - Sangdragon aux claviers old-school et jouissifs, mélangeant une sorte de black metal et de dungeon synth. Il y a cette sortie toute récente qu’est le nouvel album de Samael, dont j’ai adoré me replonger dans l’univers mécanique et magistral. Voici une très enthousiasmante découverte : celle de Isegrimm et de son dungeon synth destinés aux gourmets de claviers épiques et cuivrés. Aussi, j’ai voulu me replonger dans une certaine frénésie martiale avec le tech death de Ade et son impériale fureur, implacable de technique et d’efficacité. On termine avec la petite perle de Witches Moon, one woman band américain évoluant entre dungeon synth et black metal atmo / épique dont le chant m’a vraiment évoqué Satanic Warmaster, approbation complète, donc.

Deathslid :



Beaucoup de nouveautés ce mois-ci avec de nombreuses sorties aussi folles les unes que les autres, en choisir seulement 5 n'as pas été aisé. J'ai donc retenu la sortie du dernier Nesseria qui marquera par sa violence. Grand fan de Totem Skin, c'est avec impatience que j'attendais la sortie de l'album de Dödsrit, formé d'anciens membres, et me voilà satisfait par ces riffs entraînants mêlant hardcore et black ! Ce top sera suivi de près encore une fois par une sortie hardcore assez violente avec All Pigs Must Die puis la découverte marquante d' Idylls mélangeant les styles pour nous servir un album déchirant et destructeur. Et je finirai par un album tout aussi fourre-tout niveau stylistique avec Rolo Tomassi et leur hardcore expérimental. un mois sous le signe de la nouveauté et de la violence dégagée par un mélange de styles tourné vers le hardcore. 


Aladiah :


1. Various Artists - Plan-X From The Eastern Dark
2. Alien Sex Fiend - Acid Bath
3. Los Carniceros Del Norte - Coulrofobia
4. The Vyllies - S/T

5. Nenia C'Alladhan - S/T


Octobre. Nous approchons pas à pas de Samhain. Quoi de mieux pour fêter dument ce sabbat d'Halloween que de ressortir les perles grotesques qui caractérisent autant cette fête que l'essence première du mouvement gothique ? On commence donc avec la très bonne compilation Plan-X From The Eastern Dark, du post-punk et du deathrock en provenance du Japon, car oui, Halloween devint peu à peu universel. On prolonge l’ambiance Batcave grand-guignolesque avec le culte Acid Bath d'Alien Sex Fiend et on rebondit sur les films d'horreur et la peur des clowns avec Coulrofobia de Los Carniceros Del Norte. On se calme un peu à l'approche de la date fatidique avec le post-punk des trois sorcières suisses de The Vyllies, et on plonge doucement dans le néoclassique folklorique et éthéré du projet parallèle de Sopor Aeternus, Nenia C'Alladhan. Bonne année celtique.

KhxS :


2. Sortilegia - Sulphurous Temple 
5. Almyrkvi - Umbra

Le retour propice de l'automne me plonge dans une certaine mélancolie, partagé entre souvenirs et besoin d'isolation. D'où ces écoutes peu commune pour moi comme notamment Evilfeast, totalement approprié pour cette saison. Envoûtantes et planantes, ces pistes aux mélodies et chœurs captivants accompagnés de ces claviers glaciaux et majestueux me permettent de m'évader le temps d'une écoute.


Le besoin d'isolation et de mélancolie se fait ressentir à travers Almyrkvi et Aosoth, deux groupes opposés mais qui ont comme point commun de faire vibrer en moi ce sentiment obscur et de me faire m'évader. L'un froid et éthéré, nous transportant dans des sphères abyssales, le second ténébreux et incisif nous rappelant à ce monde malade et décharné.

La découverte du mois reste Malakhim, combo suédois fraichement débarqué et qui devrait bientôt sortir sa demo au format physique. Sombre et accrocheur, comme savent si bien le faire les suédois. En même temps avec un tel line-up il ne pouvait en être autrement.

Blackwings :



Cette fois-ci, un top assez varié, avec des projets de références que sont Revenge et Aäkon Këëtrëh, du hardcore te faisant prendre conscience à quel point une mâchoire peut vite se briser avec Sucker Punch, ainsi que Kobold et 2814, que nous allons expliquer plus en détail. Kobold, tout nouveau projet, à mi-chemin entre dungeon synth et 8-bit, a pour thème la première version de dungeons & dragons et les 1ers RPGs. Cette musique se veut être une soundtrack pour une partie de ce jeu. Dans la version cassette (que je me suis empressé de pré-commander), il est fourni un plan de donjon pour maitre de jeu. Quoi de plus jusqu'au-boutiste que cette démarche ? 2814, c'est un projet cyber-punk/urban-ambient/noise avec une ambiance extrêmement bien travaillée, un classique pour les fans de HKE, Hong Kong Express, t e l e p a t h...

W.G. :



Entre Black Metal et Rock Progressif, les écoutes ont été assez versatiles ce mois-ci. Le choix de porter le split à la première place se justifie par le fait que je le considère comme probablement la meilleure sortie de 2017 à mes yeux et qu'il fallait le faire apparaître à un moment ou à un autre dans un top 5 mensuel. Tarot et Nankin Massacre, entre Chine et Etats-Unis, deux Death Mélodiques différents mais de grande qualité à mes yeux, et enfin deux petites découvertes récente, l'une axée Black Metal avec Malakhim et un subtil mélange entre Rock et Metal progressif entre autres avec la formation française Orion Dust.

T. :




Un mois marqué par un soupçon de nostalgie estivale, en témoigne la présence de Salad Days de Mac Demarco, un album qui définit à lui seul la signification du mot "chill", marqué par des ballades acoustiques à la fois simples et évocatrices, tout en émotion. S'ensuit son exact contraire avec le monumental Mass VI d'Amenra, dont j'ai eu la joie d'interviewer le chanteur début octobre à Paris: un album brillant, bien qu'il m'ait moins marqué que ses deux prédécesseurs (pour le moment, puisqu'une telle oeuvre se digère lentement afin d'en distiller les meilleurs éléments). Le même constat concerne mon écoute du dernier-né de The Great Old Ones, sur lequel je n'avais pas encore pris le temps de m'attarder. Évidemment, je ne pouvais échapper à mon appétence pour le black metal avec le très influent Ritual de Master's Hammer, que Fenriz aurait qualifié de "premier album de Black Metal norvégien" (alors que le groupe est tchèque). La synthwave de Perturbator s'est également imposée durant mes virées nocturnes imaginaires... 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire