Accéder au contenu principal

Chronique | VASSAFOR - Malediction (album, 2017)


Vassafor - Malediction (album, 2017)

Tracklist:

01. Devourer Of A Thousand Worlds
02. Emergence (Of An Unconquerable One)
03. Elegy Of The Accurser
04. Black Winds Victoryant
05. Illumination Of The Sinister

Extraits en écoute:



________________________________

Groupe culte s’il en est, Vassafor a laissé une empreinte indélébile sur l’univers du Metal Extrême, de par son charisme, sa puissance, son opacité. Depuis sa naissance ce monstre n’aura eu de cesse d’ériger son pouvoir sur nous, à travers démo, splits et un album paru en 2012 auquel les fans de Metal sombre vouent un culte impie. Vassafor a tout récemment annoncé sa signature chez Debemur Morti et la sortie de son nouvel opus sobrement intitulé Malediction prévu pour novembre 2017. J’avoue avoir eu une appréhension à l’écoute de celui-ci tant Obsidian Codex se veut être une œuvre qui m’aura marqué mais aussi éprouvé, tant par sa noirceur que par sa violence. L’impatience autour de cette sortie est énorme et justement il est temps de poser des mots sur les sensations éprouvées lors de la dissertation de cette nouvelle œuvre du maître V.K.

Ce nouvel album de Vassafor fera office de confirmation pour le groupe, non pas qu’il en avait besoin aux vues de sa discographie parfaite jusqu’à présent, mais passer le cap du second album sans se plagier soit même n’est jamais une mince à faire. Pour ceux qui ne connaissent pas le groupe, je vous invite à vous plonger dans l’univers du groupe pour mieux vous en imprégner. Sur Malediction, VK s’entoure une nouvelle fois de Ben Parker pour ce qui est du rôle de batteur, qui le suit depuis déjà un long moment au sein de Vassafor. Et VK aura eu raison de ce choix tant Ben aura su retranscrire de manière adéquate le cauchemar musical des compos de l’entité, dégageant une furie brutale et totalement malsaine le tout agrémenté de passage mid-tempo pachydermique et accablant. Après la première écoute de cet album dont il m’aura fallu plusieurs écoutes pour pouvoir le digérer tant il est massif, force est de constater que le contrat est rempli.

Une musique toujours aussi pesante et dérangeante dont l’ambiance glaciale ne laissera personne de marbre, tant les fans que les détracteurs. A travers ces cinq titres, VK aura su parfaitement nous retranscrire ce qui fait sa force, sachant user des changements de rythmes au bon moment, provoquant par moment chez l’auditeur des crises d’hystérie, notamment sur les titres typés Death Metal comme ‘Emergence (of an Unconquerable One)’ et ‘Servitude’, beaucoup plus intenses, directs et aliénés que les autres titres de l’album. On ressent à travers ces deux morceaux les influences Death Metal du début des années 90 que VK a connues, notamment à travers ces riffs alambiqués et décharnés, laissant place à une furie intense de A à Z.


Mais ce qui fait la force du projet, c’est sa musique compacte. Pesante, lourde voir pachydermique sans pour autant être étouffante, car justement, les compositions, grâce à leurs durées dépassant allègrement les dix minutes permettent d’évoluer dans différentes atmosphères, conduisant l’auditeur à travers tout un panel d’émotions, à la limite de la schizophrénie ! Oppressant et hermétique Malediction est la suite logique de l’œuvre créée par le groupe.

Une des marques de fabrique de Vassafor reste le chant. Rarement il aura pris sur une œuvre une place si prédominante. Fantomatique et abyssal, il mettra en exergue la folie cachée en vous grâce à sa densité tout en vous pétrifiant de par sa froideur, comme si une entité invisible rodait autour de vous en psalmodiant des cantiques infernaux ! Rares sont les groupes à avoir pris le parti de l’originalité sur le chant, évitant les hurlements criards pseudo dépressifs ou les growls Death actuels… Non, là il est un des fondements du groupe, un des points qui fait que l’on reconnait d’emblée le géniteur de ce projet.

Même si les titres évoqués précédemment m’ont marqué de par leurs côtés plus direct et punchy, ce sont les trois autres titres, fort d’une durée beaucoup plus longue et retranscrivant idéalement l’univers du groupe qui restent les points forts pour moi, créant une ambiance apocalyptique permettant ainsi au groupe de mettre en place des structures matures et dévastatrices, laissant l’auditeur dans un effroi total et un grand désarroi.

Le tout est agrémenté d’une production glaciale (réalisée par le maître) et qui pourtant sait mettre en avant tous les instruments et les nuances dont fait preuve cet album. Il faut bien reconnaître que cette œuvre opaque nécessite le temps de la digestion pour pouvoir en assimiler les différentes subtilités, tout comme l’album précédent. D’ailleurs ceux qui ont aimé Obsidian Codex seront conquis par ce nouvel opus. Prosternez-vous devant cette nouvelle œuvre abyssale.

________________________________

KhxS 



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Mad Marx: un mariage réussi entre cinéma post-apo, Black Metal et anarchisme... malgré Marx

« Malgré la dictature militaire et la censure de la presse, malgré la faillite de la social-démocratie, malgré la guerre fratricide, la lutte des classes ressort avec une force élémentaire de l’ « Union sacrée » et la solidarité internationale des ouvriers surgit des vapeurs sanglantes des champs de bataille. Non pas dans les tentatives faiblardes pour galvaniser artificiellement la vieille internationale, non pas dans les promesses qui sont renouvelées par-ci, par-là de faire à nouveau cause commune aussitôt que la guerre sera terminée. Non, c’est maintenant, pendant la guerre, et à partir de la guerre, qu’apparaît à nouveau, avec une force et une importance toutes nouvelles, le fait que les prolétaires de tous les pays ont un seul et même intérêt. »
Ces lignes du chapitre 8 de La crise de la social-démocratie, Rosa Luxembourg les écrivait alors que l’Europe était plongée dans un conflit mondial d'une extrême violence. L’apocalypse, vécue par les soldats sur les champs de bataille…

EXCLU | Streaming intégral du premier BLISS-ILLUSION (虚极)

Le groupe de Post-Black Metal chinois, Bliss-Illusion (虚极) a sorti récemment son premier album Shinrabansho (森罗万象), il se découvre en exclusivité dans son intégralité sur Scholomance. Il est disponible en format CD via Infected Blood Records et LP chez Totemism Productions.
Le groupe puise ses influences dans le Blackgaze, le Post-Metal et le Depressive Rock mais aussi dans la musique bouddhiste et tibétaine.

Tracklist :
01. 7.23前夜 (7.23 Eve) 02. 空 (Sunyata) 03. 莩甲 (Recovery of all things) 04. 般若 (Prajnā) 05. 往生 (Pass away) 06. 奈落 (NARAKU) 07. 末法时代 (The age of the last dharma) 08. 无常 (Impermanence) 09. 7.般若 (Prajnā - Re-Recorded) 10. 我们 (We) 11. 魅 (Phantom)

LAIBACH dévoile un extrait de son prochain album

Les Slovènes de Laibach (Martial Industrial) viennent de dévoiler le titre "My Favorite Things", issu de son prochain album intitulé The Sound of Music, qui paraîtra le 23 Novembre prochain chez Mute. Pour rappel, l'album a été enregistré et produit à Ljubljana et Pyongyang.
Tracklist :
01. The Sound of Music 02. Climb Ev'ry Mountain 03. Do-Re-Mi 04. Edelweiss 05. Favorite Things 06. Lonely Goatherd 07. Sixteen Going On Seventeen 08. So Long, Farewell 09. Maria / Korea 10. Arirang 11. The Sound of Gayageum 12. Welcome Speech
Voici donc "My Favorite Things", accompagné de son clip qui se découvre ci-dessous :