7 juillet 2017

Chronique | CARPENTER BRUT - "Carpenterbrutlive" (Album live, 2017)


Carpenter Brut - "CARPENTERBRUTLIVE" (Album live, 2017)

Tracklist :

01. Escape from midwich valley
02. Division ruine
03. Roller mobster
04. Meet matt stryker
05. Wake up the president
06. Chew bubble gum
07. Turbo killer
08. Paradise warfare
09. Run, sally, run!
10. Looking for tracy tzu
11. Anarchy road
12. The good old call
13. Disco zombi italia
14. Sexkiller on the loose
15. 5 118 574
16. Le perv
17. Hang'em all
18. Maniac

Extrait en écoute :



__________________________________

La lumière des néons vacille, sa lueur rougeoie. L'église est pleine, les dévots écoutent cette nouvelle liturgie de Carpenter Brut. « CARPENTERBRUTLIVE » est le premier album live du projet français de Rétro-Synthwave 80's, sorti cette année sur le label No Quarter Productions.

Satan arrive à la musique des synthétiseurs, hypnotisant la foule. L'impression live se ressent dès les hurlements du public, la musique devient organique à travers les riffs de guitares et la batterie qui résonnent. Le mélange avec la musique électronique ainsi que les enregistrements de cette foule font de cet album une véritable oraison, une liturgie digne des plus grands films de série B, les samples donnent à l'atmosphère un paysage sonore unique et horrifique comme sur 'Wake Up The President'. Les rythmes électros nous enveloppent, nous prennent pour nous mener plus loin dans un mélange de son rétro, de néon et d'occultisme. Le monde qui nous entoure se brouille, notre regard se pose sur notre environnement, comme lorsque l'on regarde une télé cathodique. L'univers devient un film d'horreur où les monstres en plastiques prennent vie, où Satan tire les ficelles d'une société aux couleurs pop, disco ou encore jazzy comme sur 'Paradise Warfare' où les courses effrénées se font sur des routes encadrées de palmiers avec des femmes à moitiés nues qui font du patin-à-roulette, où le sang du sacrifice se fait à la peinture rouge.

La célébration se fait aux rythmes Electro, Synthwave et même Black Metal, des titres comme 'Turbo Killer', 'Run, Sally, Run !' ou encore 'Anarchy Road' ont cette empreinte de vitesse, nous sommes pris dans une trance. Carpenter Brut joue sur des lignes mélodiques répétitives et planantes que font que l'album s'écoute et se réécoute sans lassitude. On y retourne, irrésistiblement attiré par cette noirceur, entre ruelles sombres et néons aux lueurs mortifères. Des voix sont présentes sur certains morceaux, 'Anarchy Road', 'Good Old Call', et 'Maniac' et saisissent l'auditeur, comme le dernier titre, reprise du thème de « Flashdance », il offre au tout un effet somme toute très Bande-Originale de film, sans tomber dans les effets nanardesques. Carpenter Brut assimile et incorpore dans sa musique tout ce que la pop culture alternative à de plus noir et de plus rétro, mais sans en faire trop, un juste dosage qui fait que l'on prend un plaisir coupable à écouter cet album où le génie côtoie le kitsch.

« CARPENTERBRUTLIVE » est l'expression absolue, de ce qu'il y a de meilleur et de plus envoûtant dans les années 80 le tout teinté d’occultisme. La Darksynth de Carpenter Brut a cet effet fascinant de capter nos sens juste avec la musique, de créer un film audio. L'enregistrement live avec la guitare et la batterie pallie l'impression trop synthétique que l'on pourrait avoir sur les sorties studios, les hurlements et la présence sonore du public créent cette messe noire. Une messe durant laquelle la chaleur des néons vient inonder les froides pierres de l'église, où Satan nous hypnotise à coup de Synthwave horrifique qui prend sa pleine mesure en live.

__________________________________
Morgan


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire