4 mai 2017

Chronique | INTERNECINE EXCORIATION - "Prognosticate the Decrepitude" (Démo, 2006)


Internecine Excoriation - "Prognosticate the Decrepitude" (Démo, 2006)

Tracklist:

01. Eclipsed Minions
02. Hacksaw Ceserion
03. Comatose Autopsy
04. Abortuary Debris
05. Desolate

Extrait en écoute:

_______________________________

- L'ulcère gastro-duodénal (ou ulcère peptique) est une lésion, située sur la muqueuse digestive qui est au contact avec les sécrétions acides gastriques, localisée à l'estomac ou au duodénum. Ce même type d'ulcère peut être retrouvé sur la muqueuse de l'oesophage. - 

Le projet que nous abordons aujourd’hui est une petite démo sortie en 2006 quasiment inconnue. Internecine Excoriation est une formation australienne qui a commencé à officier en 2003, qui n’a signé sous aucun label et qui n’a fait qu’une seule et unique sortie : PROGNOSTICATE THE DECREPITUDE, démo limitée à 500 exemplaires. On imagine donc que franchement, tout le monde s’en tape de ce groupe. Et bien non, ce superbe projet devient intéressant lorsque l’on s’intéresse au fait que le bassiste actuel de Portal et de Impetuous Ritual (Respectivement Tech Death lovecraftien australien et Death Black occulte de Brisbane), Ominous Fugue, en faisait partie. Ainsi, cette petite galette change d’aura.

Vous vous en doutez avec un nom pareil, Internecine Excoriation fait du Brutal Death bien dégueulasse. Et même sans le nom du groupe, avec la qualité discutable de la pochette, on aurait pu s’en douter. Si mon regard s’est posé sur cette petite perle, c’est avant tout parce que c’est relativement inaudible. Et en Australie, l’inaudible a une autre saveur. Striborg, Portal, Impetuous Ritual, Drowning the Light, Abyssic Hate, Mournful Congregation, Bestial Warlust et bien d’autres ont donné une scène absolument unique aux teintes de vomi de corbeau.

Pendant les 21 minutes et 34 secondes de cette demo, il doit y avoir un growl d’environ 19 minutes. Ne vous attendez pas à des montées, des fioritures, des patterns en mousse de canard ou autre solos bien pourraves que l’on nous sert à toutes les sauces sur la scène actuelle.

Ici, on retrouve de la brutasserie à l’état pur, dans son habitat naturel. On se demande comment les musiciens font pour se souvenir des structures, il n’y a absolument rien d’instinctif, de logique ou d’attendu, ce n’est pas un film de Michael Bay mais ça explose pas mal dans la mouille. Des rythmiques pachydermiques, des accordages dignes des plus grands musiciens lombrics. Pour faire imagé, c’est comme si Guttural Engorgement (en moins bien produit bien sûr) rencontrait un jeu de hasard, comme un Maxi Goal et qu’à chaque récompense un riff tombait. C’est hasardeux, c’est crasseux, mais ça joue extrêmement bien, ce qui rend cette démo d’une qualité relativement incroyable.

Enfin bon, une bonne découverte qui en dit long sur certaines influences de groupes comme Impetuous Ritual ou Portal. Les musiciens cherchent le gras et le malsain et laissent durer le plaisir. 

_______________________________

HUGOD

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire