24 mai 2017

Chronique | DREADNOUGHT - "Bridging Realms" (Album, 2015)


Dreadnought - "Bridging Realms" (Album, 2015)

Tracklist:

01. Ode To Ether
02. Odyssey
03. Minuet De Lune
04. Transpiration
05. Bridging Realms

Extrait en écoute:



_________________________________


Dreadnought est un groupe formé de quatre instrumentistes dont Jordan Clancy (batteur/saxophoniste, guest au saxophone sur le dernier SubRosa), Kelly Schilling (guitariste/chanteuse, ex-chanteuse de l'excellent groupe de black/doom Stoic Dissention, courrez voir ce projet), Lauren Vieira (pianiste/chanteuse), et Kevin Handlon (bassiste/mandoliniste). Ce projet est le successeur du groupe de black metal Kastigation. Il réunissait tous les artistes présentés plus haut, hormis les chanteuses, et a changé d'orientation musicale pour devenir la formation présentée aujourd'hui. Originaire de Denver, Dreadnought nous a offert en août 2015 son premier album "Bridging Realms". Ce groupe exploite tous les instruments pratiqués par les artistes pour former un tout original et surtout complet car il ne se bride pas, ne se range pas dans un genre musical, mais exploite toutes les opportunités que cette diversité artistique lui donne.




Cet album est composé de cinq titres de longueurs variées (6 à 14 minutes), pour un rendu total de 40 minutes. Comme dit dans l'introduction, il n'y a pas de genre précis. Plutôt différentes influences de part et d'autre, mais il est indéniable que le metal y joue un rôle fondateur. "Bridging Realms" a un but, et y parvient grâce à cette multitude d'expérimentations musicales. C'est en quelque sorte une explosions de saveurs due à tous ces styles empruntés, mais pas éparpillées. Il suit une ligne directrice qui l'emmène jusqu'au bout: cet album est une invitation au voyage. Un voyage surprenant, à travers les nuages, les rêves improbables, les vapeurs, les moments entre le sommeil et l'éveil (d'où le nom de la quatrième musique 'Transpiration'), ou encore les cauchemars. Le groupe, préfère employer le terme "surréalisme". On est totalement dans cela: quelque part, dans un univers parallèle ou fictif, duquel il ne nous reste que quelques images floues. Nous avons seulement de l'émotion et le sentiment d'avoir effectuer un voyage long et fort, hors du monde palpable que nous connaissons. Un univers aux multiples dimensions, où le temps n'est pas.

 

Durant tout le voyage, ce groupe nous prend par la main, car le rythme et la tension sont deux éléments extrêmement travaillés et ficelés. Sur 'Ode to Ether' par exemple, le rêve le plus calme, dans le cocon le plus confortable, laisse entrer de plus en plus de brouillard, de craintes, jusqu'à arriver à la déchirure. Chant guttural, guitares saturées, la Terre s'ébranle. Puis la colère s'apaise, le tempo ralentit, la tranquillité reprend ses droits, et enfin se termine ce morceau. A noter aussi plusieurs rythmes originaux, comme sur 'Odyssey', ayant un passage en 5,5/5,5 au lieu du 4/4 traditionnel à partir de 1:47. Et même malgré ces changement surprenants, nous gardons toujours nos repères et une compréhension du rythme qui permet de ne pas nous perdre. Dans les instruments et chants, même gutturaux, on y trouve une certaine fragilité. Les voix des deux chanteuses, aiguës, planent à travers les nuages, et les envolés à la flûte traversière et au saxophone accentuent le dépaysement. Le projet joue donc aussi sur la finesse pour d'avantage simuler le voyage. 

Hormis quelques passages calmes et longuets avec qui on peut par moments sortir de la musique, Dreadnought nous offre là un album sophistiqué, qui maitrise son rythme et sa tension pour nous emmener en d'autres dimensions, belles et riches en couleurs. Soyons francs, cet album ne persuadera pas tout le monde, loin de là. Il pourra même profondément en ennuyer certains car malgré tout, la musique met du temps avant de vraiment jaillir. Néanmoins, si vous souhaitez découvrir une musique originale et fine, jouissant d'un nombre conséquent d'instruments pour tendre vers un dépaysement total, attardez-vous sur cet album, que j'ai beaucoup apprécié.






_________________________________

Blackwings




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire