25 avril 2017

Chronique | SOULROT - "Nameless Hideous Manifestations" (Album, 2017)


Soulrot - "Nameless Hideous Manifestations" (Album, 2017)

Tracklist:

01. Desde El Arrecife Del Diablo...
02. Those Who Dwell In The Abyss
03. From My Grave
04. Ectoplasmic Revelations
05. Infertile Anti-Womb
06. This Putrid Canvas
07. Majestic Rot
08. Incorporeal Autopsy
09. Blackstone
10. Transfigured Through The Void

Extrait en écoute: 



_____________________________


Soulrot est un tout jeune groupe de Death Metal fondé en 2013, nous provenant du Chili, terre des plus fertiles en matière de groupes death et thrash metal et formé par le duo JH Wilsrey (Basse/Chant) et JR Olmos (Guitare). Peu après leur formation, les Chiliens sortent leur premier jet sous la forme d'une démo "Horrors from Beyond", au son crade et poisseux des plus agréables, puis en 2016 un EP "Revelations" un peu plus anecdotique mais dans la continuité de ce que proposait la démo précédente. Soulrot s'est alors vu proposé un deal avec le label espagnol Memento Mori en vue de sortir un premier album "Nameless Hideous Manifestations".

Au vu de l'artwork réalisé par Juanjo Castellano, représentant une hideuse créatures tentaculaire à l’œil unique face à une silhouette encapuchonné, pas besoin d’être un devin pour comprendre qu'on aura à faire à du death metal old school ! Ne serait-ce que le nom de Mr. Castellano, illustrateur très en vogue dans le genre, qui est un excellent indicateur de l'orientation musicale prise par le groupe ! D'ailleurs cet artwork aux couleurs bleus froides et à la légère touche jaunâtre, outre le fait de renvoyer à la cover du "Left Hand Path" des papas d'Entombed auquel on pense rapidement (avant même d'enfourner la galette), nous renvoie également à un certains nombres d'artworks récents réalisés par l'artiste pour d'autres noms du genre tels Ribspreader, Sorcery, Obscure Infinity, Corrosive Carcass, Mass Burial, Paganizer... Et évidemment l'autre point commun de tous ces groupes c'est leur death metal old school, pour la plupart typé suédois !

Enfin bref passons à la musique en elle même. L'album commence sur une courte intro où retentissent tambours de guerre et grognements démoniaques avant que ne déboule le morceau 'Those Who Dwell in the Abyss' et ses guitares lourdes et ronflantes estampillés Boss HM-2 saupoudrés de leads froids, renvoyant directement l'auditeur à l'age d'or du death metal suédois d'Entombed, Carnage, Grave et consorts... Qu'est ce que je vous disais ! 

Pleinement old school et fleurant bon le cimetière suédois, ce "Nameless Hideous Manifestations" alterne judicieusement entre mid-tempos lourds et plombants à l'image du titre 'Ectoplasmic Revelations' et titres rapides aux riffings assassins comme sur le très bon 'From My Grave'. 

Qui plus est le groupe sait développer une atmosphère froide et lugubre avec quelques mélodies bien senties comme sur le redoutable 'Infertile Anti-Womb' et son groove diabolique ou l'aura démoniaque et infernale de 'Incorporeal Autopsy' et n'hésite pas à intégrer de bons gros blasts des familles en témoigne le titre de cloture 'Transfigured Through the Void' et son final saisissant tout en lourdeur, finissant d'écraser l'auditeur de la plus belle des manières.
Les vocaux caverneux de JH Wilsrey assez proches d'un mélange entre les gargouillis cradingues de Chris Reifert de Autopsy et le guttural profond de Jörgen Sandström de Grave, apportent eux aussi leur pierre à l'édifice dans le développement de cette atmosphère froide et poisseuse.

Et côté production, on se croirait sur une galette made in Sweden de la période 89/93 sorti tout droit des Sunlight Studio ! Mais non, on est bien au Chili en 2017 et le son des chiliens est excellent, ronflant au possible avec ce qu'il faut de graisse et d'huile de moteur pour faire cracher ces guitares estampillées Stihl et balancer son lot de riffs de bûcherons. Le couple basse/batterie n'étant d'ailleurs pas en reste avec son assise rythmique écrasante appuyant les riffs acérés des guitares.


Même si Soulrot avec ce "Nameless Hideous Manifestations" ne réinvente rien et se jette corps et âme dans la musique des grands anciens du death metal avec ce premier album, il le fait bien et avec une passion certaine qui en fait une des très bonnes sorties en matière de death old school de cette année 2017. Une offrande aux hideuses idoles du death metal qui va tourner pour un bout de temps et qui confirme le chic qu'a Memento Mori pour dénicher de bons petits groupes ! 


_______________________________

Nyarlathotep



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire