3 mars 2017

Chronique | LUGUBRIS - "Sorcière" (Album, 2016)


Lugubris - "Sorcière" (Album - 2016)

Tracklist:

01. Sorcière
02. Noir
03. Guerrier de Feu
04. Sphère
05. Le Vieux Loup Gris
06. Destin Brisé
07. -
08. Messe Noire
09. 1000 Monstres dans ma Tête

Extrait en écoute:

______________________________

Bien que formé en 2006, le One Man Band Lugubris n’a sorti son premier long format qu’une décennie plus tard, courant 2016. Celui-ci fait suite à une unique démo parue en 2007 chez le Label Inquisitoris Ex Mundus Novus Productions à seulement 100 exemplaires. L’album, intitulé "Sorcière", sort de manière collaborative entre les labels suisses Asgard Hass Production et Rotten Vomit Records. Le fascicule présent avec la pochette nous précise que son mastering a été réalisé par Bornyhake, au Chaos Studio 1.0.

Le porteur du projet, Niflheim, assure toutes les parties instrumentales sur lesquelles s’ajoute un chant haineux et glacial qui semble émaner des tréfonds des enfers. Question paroles, le lausannois se concentre sur des thèmes sombres chanté en français comme l’atteste les titres des différentes musiques : ‘Sorcière’, ‘Noir’, ‘Destin Brisé’, ‘1000 Monstres dans ma tête’.

Côté Artwork, de manière so(m)bre, un crâne posé sur un livre ouvert éclairé à la bougie sont représentés et font référence de manière explicite à la sorcellerie. La musique se caractérise par un Raw Black Metal assez traditionnel, avec une instrumentation simple et efficace : basse, batterie, et guitare rythmique. Quelques lignes de guitare soliste viennent cependant de temps à autre accompagner les râles de Niflheim. La production est plutôt old school avec des guitares criardes et une batterie sourde, surtout pour la grosse caisse et donne un certain cachet à cet album.

Sans réelle innovation dans l’esprit, les compositions n’en restent pas moins de qualité avec une musique qu’on sent sortie tout droit des tripes de Niflheim. Après une courte introduction où on semble entendre des rires sournois ramenant aux sorcières, l’agression auditive commence avec un excellent premier morceau qui alterne blast rapide et mid tempo sur lesquels le vaudois déverse son chant haineux.

Sans tomber dans la redondance, les pistes s’enchaînent avec beaucoup de similitude concernant les riffs et les rythmiques. Sur le titre ‘Sphère’, on note l’apparition d’un clavier très aérien venant renforcer le côté mystique de la musique. Il sera également utilisé sur la piste suivante ‘Le vieux loup gris’ qui est un morceau plus mid-tempo donnant une sensation de faiblesse qu’on retrouve dans le titre par l’emploi du terme ‘vieux’. La seconde partie de l’album est assez similaire à la première et s’achève sur le titre ‘1000 monstres dans ma tête’ où le clavier fait son retour dans un titre plus lent qui clôture de très bon Black Metal. 

Si cet album n’apporte rien de réellement nouveau dans le genre, il s’en dégage malgré tout une atmosphère malsaine maîtrisée, avec des compositions de très bonne facture et une bonne prestation dans son ensemble. Avec ‘Sorcière’, Niflheim apporte sa pièce à l’édifice du Black Metal suisse et nous montre que la scène helvète propose des compositions de qualité.


______________________________

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire