15 février 2017

Live report | The Guardogs + Texas Chainsaw Dust Lovers @ Le P'tit Minou – Brest – 03/02/2017



L'association Ultranova, partenaire de notre cher webzine, s'était faite discrète en ce début d'année 2017. Ce n'était que pour mieux nous surprendre en ces premiers jours de février avec une soirée stoner au P'tit Minou, un bar concert sur le port de Brest, qui commence à faire bien parler de lui. Au programme de ce nouveau cru, The Texas Chainsaw Dust Lovers, un groupe de rock'n'roll stoner parisien, aux inspirations éclectiques et rafraîchissantes. Pour les soutenir dans la tâche de réveiller la Cité du Ponant, The Guardogs, un quintuor de jeunes chiens mal dressés, est monté de Nantes, pour abreuver de leur rock stoner les oreilles de leurs frères brestois.

____________________

The Guardogs

Ce sont les canidés de The Guardogs qui ouvrent le bal. Les cinq nantais sont dans un délire canin. Alors, le chenil aboie-t-il vraiment ? Et bien ma foi pas autant que je l'espérais. Les débuts sont quelque peu hésitants et il faudra quelques titres afin que la bande ne crache vraiment ce qu'il a dans le ventre, rien de bien problématique. C'est donc au fil des différents titres que la prestation a gagné en intensité. Les lignes rythmiques se sont faites agressives, la basse est devenue de plus en plus lourde, accompagnant un batteur retenant peu ses coups. Les toms prennent cher, et nous avec.


Les guitares sont abrasives et je pense sincèrement que les amateurs du genre ont dû grandement apprécier, le son se réverbérant en plus dans les vitres du bar. Ultranova m'avait promis une soirée aux accents de rock désertique, mais force est de constater que l'on se retrouve avec tout autre chose. Si la rythmique et les guitares sonnent purement stoner, la voix du chanteur, loin d'être désagréable, est aussi loin d'être rocailleuse. Celle-ci est même parfois trop claire, voire faiblarde à certains moments. Malgré cela n'allez pas croire que ces jeunes gens ne savent pas y faire ! La horde a la hargne ! Elle a les crocs ! Elle sait faire preuve de puissance, de maîtrise et d'une certaine inventivité dans leur son.



Côté prestation scénique nous somme également servis avec un jeu de scène certain, qui leur donne un côté « Boys Band ». « This is Stoner for ladies !» : ils l'assument apparemment. Jusqu’au-boutiste, le chanteur rappelle même qu'il y a du merch... Ah là là... Côté public, ça passe crème comme on dit, bien que je trouve ce dit public légèrement apathique en comparaison d'autres événements du genre, ce qui ne dessert pas le groupe. Du bon et du moins bon en somme, mais fort à parier que The Guardogs ont encore de beaux jours devant eux.



The Texas Chainsaw Dust Lovers

The Texas Chainsaw Dust Lovers, ou comment faire la même chose que le groupe précédent, en mieux et avec un membre de moins. Et quand je parle membre, je ne parle pas d'un bras ou d'une jambe manquante voyons ! Nous ne sommes pas dans un trip macabre horrifique....Quoique... Les quatre garçons du groupe parisien, qui donne à leur musique le nom de « Stoner Rock'n'Roll », font totalement dans l'immersion grand-guignolesque dans un bain sonore qui leur est propre. Même moi, qui ne suis pas particulièrement baigné dans la culture stoner, j'ai réussi à y trouver mon compte, grand amateur de post-punk maudit que je suis.



Dès les premières notes le groupe envoie la sauce, sans laisser de répit ni pour souffler, ni pour applaudir. C'est note sur note, chanson sur chanson, comme à l'usine. C'est droit, c'est carré, c'est technique sans, et c'est là le comble de l'histoire, être totalement froid. Lourd oui, lourdingue non ! C'est rond, c'est propre et ça tue. Là où une bonne partie de la scène stoner me plombe parfois avec des sonorités grasses et répétitives, The Texas Chainsaw Dust Lovers délivre une musique qui puise autant dans les clichés du genre que dans des éléments incongrus issus de l'ensemble des différentes scènes rock. Et cela va du rock'n'roll en passant par le punk, le post-punk, le rockab' et les BO de westerns. Autant dire que la bande favorise l'éclectisme des sonorités. Et niveau voix bon sang... Le chanteur est totalement dans les tonalités pour être interprète de chansons de psycho, gotha et hellbilly. Vous pense que vous avez compris pourquoi j'ai tellement apprécié.


Que dire niveau prestation ? Je pense que je suis trop occupé à remuer la tête et éviter le pogo géant qui vient de se déclencher pour faire attention à la scène. Le public à l'air d'être plus que conquis, il exulte même, chacun y allant de ses applaudissements, de ses cris. C'est une véritable euphorie collective. Tout le monde en redemande. The Texas Chainsaw Dust Lovers enflamme Brest.



____________________



Cédric, patron du Rock Circus, est en charge des platines en after, et met évidemment le feu comme il se doit. Merci au P'tit Minou d'avoir accueilli cette soirée qui fut, à mon sens, l'une des meilleures que Ultranova a organisées. Même s'il ne s'agit pas de mon univers habituel, je suis prêt à en redemander des comme ça ! Le nombre d'entrées ayant été au-delà des espérances, j'espère que ce sera un signe que l'association interprétera comme un appétit du public pour ce genre de concerts : brut, puissant, rock'n'roll.

Aladiah
Photos : AEK

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire