13 février 2017

Chronique | BVDK - "Virgin Summer" (EP, 2016)


BVDK - "Virgin Summer" (EP, 2016)

Tracklist:

01. Virgin Summer
02. Shape of the Lake
03. Club L.C.F.
04. Devotion
05. Binge Drinking
06. Triangulum Galaxy 

Extrait en écoute:


______________________________

BVDK fait partie de ces nombreux groupes sur lesquels je n'ai pu me pencher ces derniers mois; pourtant, l'écoute de leur premier EP m'a intrigué, à rebours de toute interprétation traditionnelle du genre, avec un esprit totalement décalé. "Virgin Summer", enregistré à La Main Noire par Benjamin Marchal (Déluge, Black Sin...), c'est du Black entre electro et indus et une patte assez développée pour cette première démonstration studio parue de manière indépendante en fin d'année dernière. Comme la pochette l'indique déjà, on note un univers totalement original qui s'avère en fait inspiré de la célèbre série Desperate Housewives, en témoigne le nom du groupe qui n'est ni plus ni moins que l'acronyme de Bree Van De Kamp, la républicaine conservatrice à la maniaquerie excessive.

L'étiquette Post-Black/Electro Metal conviendrait bien à la formation de Nancy, avec une musique entrainante et accessible qui ne tombe jamais dans la redondance. La facette Dance/Electro se révèle prononcée, comme dans le titre 'Shape of the Lake' sans toutefois nous faire oublier le versant plus obscur de leur art hybride. Les deux styles se mélangent très bien, avec une utilisation électronique des blast beats que je n'ai que rarement rencontré dans le Metal Extrême. BVDK semble se faire plaisir et se jouer de ses influences, avec comme leitmotiv le projet de proposer un mélange unique, à l'ambiance émotive et futuriste. Si Pavillon Rouge possède par exemple ce côté décomplexé, les Lorrains proposent ici des thématiques inhabituelles dans le Post-Black, exprimées en Français et en Anglais, mélangés dans les textes, qui parlent d'excès en tous genres comme le Binge Drinking ou de mal-être existentiel.

C'est avec délice qu'on se plonge dans l'écoute de cet EP sans défaut particulier, varié et qui déconne à plein tube. Je ne saurai que conseiller des titres comme 'Club L.C.F' pour les amateurs de Black dissonant et ésotérique, car les musiciens ne s'interdisent rien sur cette première offrande et laissent parler leurs goûts avec toute la liberté nécessaire pour leur expression artistique. Pari réussi !

C'est donc avec impatience que j'attends le premier album, "Architecture of Future Tribes", qui devrait sortir cette année. La recette changera quelque peu avec une orientation plus ethnique et afro-beat de leur Post-Black désinhibé !

___________________________________

T.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire