25 octobre 2016

Chronique | SAOR - "Guardians" (Album, 2016)


Saor - "Guardians" (Album, 2016)

Tracklist:

01. Guardians
02. The Declaration 
03. Autumn Rain
04. Hearth
05. Tears Of A Nation

Extrait en écoute:



_____________________________


Pour cette quatrième chronique je vais vous parler du nouvel album de l'un de mes projets actuels préférés, Saor, dont l'unique membre, Andy Marshall, revient pour un troisième album cet automne, "Guardians". Saor, projet solo Écossais fondé en 2012 sous le nom d'Àrsaidh (nom changé depuis pour des raisons pratiques) officie dans un Pagan / Black Atmosphérique qui baigne dans l'ambiance des paysages de l’Écosse et la fierté nationale de ce peuple maintes fois opprimé (le mot Saor venant de la devise « Saor Alba » qui signifie « Écosse indépendante »).

Après un « Roots » mélancolique, aérien et lancinant en 2012 puis le très Atmosphérique « Aura » sorti en 2014, Saor revient en Novembre avec « Guardians », album 5 titres, et Andy Marshall n'est pas seul sur cet album. En effet, plusieurs musiciens de la scène Pagan ont participé aux parties d'instruments traditionnels de l'album, on retrouve ainsi des musiciens de divers pays dans l'album Bryan Hamilton (Cnoc an Tursa) à la batterie, John Becker (Austaras) aux claviers, Meri Tadic (Ex-Eluveitie, Irij) à la flûte, Reni McDonald Hill (Austaras) au bodhrán (sorte de tambour celtique) et Kevin Murphy à la cornemuse.

Avec cette diversité d'instruments, on a donc affaire à un album aux arrangements et aux instrumentations de très bonne qualité, servant des compositions ne durant pas moins de dix minutes chacune sans laisser l'ennui où la lassitude s'installer et dont les instruments folkloriques contribuent à transmettre la mélancolie et l'authenticité de la musique Folklorique de Saor. Que ce soient la montée épique à la cornemuse de Guardians ; le morceau introduisant l'album ; les parties à la flûte de Tears of a Nation où encore les violons dansants de Hearth, les instrumentations folkloriques de cette album sont d'une beauté et d'une sensibilité qui feraient tirer une larme au plus bourru des fans de Slam Death.

Néanmoins les parties Black Metal ne sont pas en reste, le growl guttural de Marshall étant rudement efficace et contrastant avec la poésie de la musique tout en lui donnant un aspect plus féroce et lointain, comme une force rageuse venant du fond de la plaine. Les guitares sont aussi de fort bonne qualité, soit en tant que tapis aux passages folk soit en en reprenant les mélodies avec la lourdeur et la férocité du son de guitare saturée propre au Metal Extrême. La production, bien que donnant la part belle aux instruments folkloriques, ne néglige pas les instruments électriques dont la présence se fait sentir et donne le coté guerrier et épique à l'album.

Les paroles des morceaux de cet album ont la particularité de provenir de poèmes Écossais, vantant la valeur de cette nation mais aussi la tragédie qui l'entoure, ainsi, les paroles de Guardians proviennent de « The martyrs of Scotland » de Horatius Bonar, tandis que celles de Tears of a Nation proviennent de « The Tears of Scotland » de Tobias Smollet. L'album "Guardians" est donc un réel hommage à l’Écosse tant dans sa littérature et son Histoire que dans ses paysages, tout comme des groupes de notre scène Française ont pu rendre hommage à leur pays en reprenant du Baudelaire, du Verlaine ou du Cros (Sale Freux, Peste Noire, Nocturnal Depression etc).

La musique de Saor a quelque chose de captivant tant elle est le reflet pur et inaltéré de l'atmosphère et des valeurs qu'elle nous transmet, il suffit de fermer les yeux pour se retrouver dans une plaine venteuse et déserte ravagée par les batailles d'antan. Le Metal Atmosphérique et Folklorique que le groupe propose est bien loin des groupes faisant de la musique de jeu de rôle bas de gamme où de la chanson à boire pour adolescents en kilt et corne en plastique remplie à ras bord de Skoll, non, la musique que Saor propose renferme l'âme des ancêtres d'Andy Marshall et en est un vibrant hommage. Guardians poursuit donc là ou Aura s'était arrêté, en allant encore plus loin dans la qualité des morceaux et la richesse des instrumentations, tout en poursuivant l'objectif de nous conter l'Histoire de l’Écosse, la beauté de ses paysages vastes et vides, ainsi que la fierté de son peuple face à l'adversité.

« Ils peuvent ôter nos vies, mais ils ne nous ôteront jamais notre liberté » - Braveheart 

_____________________________

Caelwyd



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire